Cette œuvre est un travail collaboratif basé sur l'ouvrage de JBX. Les internautes ayant participé sont listés sur la page d'accueil du projet Reflets d'Acide.
Une subtilité n'est pas référencée ? N'hésitez pas à la signaler !

Affichage des références :

05. Bivouac...tion !

Chapitre 1 – Où ils choisissent un lieu de bivouac

Référence à la chanson d’ Edith Piaf Mon Légionnaire, reprise par Serge Gainsbourg :« Il était minc’, il était beau,

Il sentait bon le sable chaud,

Mon légionnaire ! »

NARRATEUR :

Ils étaient forts, ils étaient beaux, ils sentaient bons le sable chaud… (OHHHH !)
De leur vertu et de leur gloire, on captivait les auditoires, (AHHH !)
Les bons, les braves et les coeurs purs, suivaient en choeur leurs aventures (Ahhh !)
Au firmament des âmes aimées, leur nom brillait d’un feu sacré… (Whoua !)

WRANDRALL :

Quelle présentation ! C’est vraiment émouvant.

ZARAKAÏ :

ah ça pour sûr, c’est gouleyant

ZEHIRMANN :

cela m’a semblé fort surprenant…

ENORIEL :

Moi j’ai trouvé ça très pertinent !

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

Quel préliminaire… pénétrant… gssss

NARRATEUR : [arrêt brutal de la musique]

Ah merde !

WRANDRALL :

quoi ?!

NARRATEUR :

C’est vous ?

WRANDRALL :

ben oui c’est nous !

ZEHIRMANN :

qui veux tu que ce soit d’autre ?

TRICHELIEU :

Pourquoi cet air déconfit ?

Cet air country

ENORIEL :

et pourquoi cet air contrit ?

Troisième répétition du phonème « con », ce qui constitue une paronomase (rapprochement de mots comportant des sonorités semblables mais de sens différents).

ZARAKAÏ :

et pourquoi cet air con, dit ?

NARRATEUR :

parce que je me suis planté d’histoire, ça se voit pas ?

ZARAKAÏ :

Allons bon !

NARRATEUR :

… je reprends tout depuis le début…

ZEHIRMANN :

cette intro m’étonnait… le doute transpirait…

ENORIEL :

pourquoi vouloir changer, c’était bien inspiré !

Le couple de mots inspiré/expiré est utilisé pour désigner les étapes de la respiration.

TRICHELIEU :

je soupire à l’idée que ce soit expiré…

WRANDRALL :

j’appréhende le fait que ça puisse empirer…

Zarakaï se plaint des rimes, mais en fait lui aussi ; et pas n’importe lesquelles : il parle en alexandrins, avec hémistiches en vers normands.

ZARAKAÏ :

Arrêtez de causer comme des empaffés ! Toutes ces rimes en « é » commencent à m’emmerder !!!

Référence au Bourgeois gentilhomme de Molière, qui découvre qu’il a toujours parlé en prose : « Par ma foi ! il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j’en susse rien ». Digne de Trichelieu…

TRICHELIEU :

Mais toi aussi mon cher : ne fais-tu point des vers sans en avoir trop l’air ?!

ZARAKAÏ :

TOI Le clerc, TA GUEULE !

TRICHELIEU :

oh… mais quelle vulgarité… ce nain !

ZARAKAÏ :

Continue de m’insulter et je vais te décalotter !

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

gloups…

La musique de cirque utilisée est en fait le générique de l’émission Animaux du monde, chanté par… Toco le toucan ! Les vidéos sont disponibles sur Youtube pour les masochistes.

NARRATEUR : [musique de cirque]

L’équipe des bras cassés continuait son expédition à la… CON…

Roger le tavernier fera exactement le même « Ah ouais… » quand on tentera de lui expliquer qu’il a été invoqué par Zarakaï dans l’épisode 7. Encore un lien entre Zarakaï et Roger !

ZARAKAÏ :

ah ouais… ça change… là…

WRANDRALL :

on sent bien la différence de ton…

ENORIEL :

Espèce de narrateur de bas fond !

ZEHIRMANN :

Je préférais l’autre introduction…

Apathie est un terme médical désignant un état de fatigue physique ou intellectuelle profond (mais le plus souvent réversible) se caractérisant par une indifférence à l’émotion et aux désirs. L’épique insiste beaucoup sur les actions formidables des personnages « extraordinaires » (comme dans la chanson de Roland). Et le pathétique se rapproche de la souffrance (ça s’entend avec le narrateur !)

TRICHELIEU :

Passez de l’épique au pathétique… ça me rend apathique.

NARRATEUR :

Ah ahah AH ! Au sortir de la grotte de l’Herpès écorché, la nuit vint à tomber… il leur fallut chercher un endroit adapté afin de bivouaquer !…

WRANDRALL :

on campe, hein ? J’ai sommeil !

ZEHIRMANN :

bien sûr ! Cherchons une clairière pour installer le camp…

TRICHELIEU :

ici, ça me semble très bien !

ENORIEL :

mais non… ici c’est trop pentu !

TRICHELIEU :

c’est vrai !

ZARAKAÏ : [bruit d'estomac]

j’ai faim !

WRANDRALL :

Faut qu’on s’arrête… je suis fatigué…

ZEHIRMANN :

D’accord… mais il faut trouver une clairière… ok ?

TRICHELIEU :

ici, ça me semble très bien !

ENORIEL :

mais non ! Regarde ! Y a que des ronces ici !

TRICHELIEU :

c’est vrai !

ZARAKAÏ : [bruit d'estomac]

j’ai super faim !

WRANDRALL :

Bordel, j’en ai marre, je suis épuisé, lessivé !

ZEHIRMANN :

On a compris, merci ! Faut juste trouver un lieu pour camper…

TRICHELIEU :

ici, ça me semble très bien !

ENORIEL :

non mais t’as de la merde dans les yeux ?! tu vois pas que c’est marécageux ?!

Troisième répétition du scénario « Ça me semble très bien » !

TRICHELIEU :

c’est vrai !

ZARAKAÏ : [bruit d'estomac]

Oh… j’ai la dalle !!!

WRANDRALL :

J’en ai ma claque ! Il faut qu’on campe !!!

Il faut qu’on campe, tu campes sur tes positions… vraiment subtil -_-

ZEHIRMANN :

Eh ben tu campes sur tes positions et t’ARRETE DE GUEULER ! OK ?

TRICHELIEU :

ici, ça me semble très bien !

ENORIEL :

mais NON bordel ! Y a que des… caillasses ici !

TRICHELIEU :

c’est vrai !

ZARAKAÏ : [bruit d'estomac]

Nom d’une CROUPIASSE ! MOI JE VEUX BOUFFER !
(petite musique distinguée)

Chapitre 2 – Où ils trouvent un lieu de bivouac

NARRATEUR :

après une montée fantasque vers les cieux éthérés de la vulgarité, le groupe découvrit avec joie un lieu fort adéquat !

WRANDRALL :

enfin !… J’en ai plein les bottes ! Installons-nous !

ZEHIRMANN :

Ok ! Moi, je commence à monter le camp.

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

à monter qui ?

ZEHIRMANN :

grrrrr

Mon thé, monté…

TRICHELIEU :

euh… Ah ! Mon thé, qui est excellent, n’attend plus que d’être mis dans de l’eau chaude…

ZEHIRMANN :

tu t’en sors… bien…

TRICHELIEU :

euh… je trouve aussi oui…

ZARAKAÏ :

Ah ! Moi, je vais enfin pouvoir bouffer !

ENORIEL :

Pourquoi avoir attendu si longtemps ?

ZARAKAÏ :

Ben parce qu’on a pas pu s’arrêter !

ENORIEL :

S’arrêter pour manger ? Mais pour toi c’est inutile !

ZARAKAÏ :

allons bon…

ENORIEL :

ben oui ! En marchant, tu peux te restaurer en te léchant la barbe !

ZARAKAÏ :

la tafiole elfique imberbe est jalouse de ma superbe barbe… ?!

ENORIEL :

Pas vraiment… mais je reconnais que c’est plus qu’une barbe…

ZARAKAÏ :

Ah ça ! C’est sûr… c’est un chef-d’oeuvre !

ENORIEL :

un chef-d’oeuvre ? Non ! mais un HORS d’oeuvre… peut-être!

ZARAKAÏ :

t’y connais rien en oeuvre d’art…

ENORIEL :

en oeuvre d’art, si ! En art primitif… non !

ZARAKAÏ :

Quoi ?

ENORIEL :

C’est de l’hirsutisme PRIMITIF ton tas de poils !

ZARAKAÏ : [sort son marteau]

Retire ce que tu viens de dire…

ENORIEL :

bon d’accord… ce n’est pas un tas de poils…

ZARAKAÏ :

à la bonne heure…

ENORIEL :

… c’est un agglomérat de crins de bouc…

Le mot bouc se répète entre la fin de la phrase d’Enoriel et début de la phrase de Zarakaï.

ZARAKAÏ :

Boucle la ou je te dépiaute !

ENORIEL :

c’est même un dépotoir pileux de restes culinaires…

ZARAKAÏ :

QUOI ?!

ENORIEL :

y a du gras, de la morve, du pus, des tiques, des poux, des bestioles crevées…

ZARAKAÏ :

MAIS… C’EST TOI QUE JE VAIS CREVER…

ENORIEL : [sort son épée]

ESSAYE TOUJOURS PAUVRE DEMEURE !

La barbe… très subtil… encore une fois !

ZEHIRMANN : [en hurlant]

LA BARBE VOUS DEUX ! VOUS ALLEZ ARRETER CE BORDEL !

ENORIEL :

Mais euh… on parlait tranquillement…

Pour rappel, Zehirmann maîtrise le pouvoir du feu. L’expression sera reprise dans l’épisode 12.

ZARAKAÏ :

T’enflamme pas Zehir… on fait que discuter !

ZEHIRMANN :

VOUS VOUS FOUTEZ DE MOI ?!

ZARAKAÏ :

Houlà hè ben oü…

ENORIEL :

pas du tout euh… Zarakaï m’explique comment il entretient sa barbe…
n’est-ce pas ?

ZARAKAÏ :

euh… ben oui oui, je la lave à l’eau claire tous les jours…

ENORIEL :

ah oui… et tu utilises un démélant après ?

ZARAKAÏ :

non non… j’ai deux brosses spéciales…

ENORIEL :

ah oui ?… tiens…

ZARAKAÏ :

celle ci permet d’enlever les noeuds…

ENORIEL :

ah d’accord, d’accord…

Les brosses de Zarakaï sont les mêmes que celles pour l’entretien des chevaux : une étrille pour demêler et une brosse douce pour lustrer.

ZARAKAÏ :

et celle-la lustre le poil…

Référence très discrète à Ghostbuster.

ENORIEL :

ah oui… pertinent pertinent…

ZARAKAÏ :

et après je me fais les tresses

ENORIEL :

c’est long à faire ça, non ?

S’il se la lave tous les jours et que ca lui prend 5 ou 6 heures, pas besoin d’une maitrise en science pour se poser des questions !

ZARAKAÏ :

boh non… 5 ou 6 heures…

ZEHIRMANN :

ILS M’ENERVENT… !

WRANDRALL :

personnellement, je préfère l’elfe et le nain quand ils se répondent…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

moi aussi ! Je les trouve minables quand ils se répandent…

ENORIEL :

Qu’est-ce-que t’as toi ?

Répondent, répandent, repens…

TRICHELIEU :

… calmez vous … ! Je me repens…

ZARAKAÏ :

il s’est déjà pendu ?… il est fou ce con !

TRICHELIEU :

hein… ? c’est pas ça…

ZEHIRMANN :

Bien, où sommes-nous WRANDRALL ?

WRANDRALL :

Voyons voir ma carte…

WRANDRALL : [vous êtes ici !]

nous sommes à trois pas de la colline des mille gangrènes…

ZEHIRMANN :

bon… je m’occupe d’allumer le feu… chacun peut commencer à monter sa tente…

Tente, Tante…

TRICHELIEU :

oh ! Dommage que la mienne soit morte…

ZEHIRMANN :

quoi ?

TRICHELIEU :

Euh… gsss… je voulais dire que je l’ai perdu… ma tente… enfin
égarée… ce tantine… ce tantôt… face aux orcs…

ENORIEL :

j’en crois rien… t’as oublié ta tente en fait, avoue !

Violé sa tente ? Allons bon…

TRICHELIEU :

mais pas du tout ! Les orcs ont sûrement vio… volé ma tente…

WRANDRALL :

Eh ben tant pis… tu dormiras à la belle étoile…

TRICHELIEU :

A la belle étoile ? Quel joli nom… c’est une auberge du coin ?…

ENORIEL :

non mais… tu le fais exprès ? On te parle de dormir dehors abruti !

TRICHELIEU :

Dehors ? non mais… c’est horrible… et s’il pleut… ?

ZARAKAÏ :

ben… ça te lavera un peu la gueule… pardi…

TRICHELIEU :

mais non mais s’il vente… ?

WRANDRALL :

Entre un courant d’air et ton air con, tu devrais craindre le second…

TRICHELIEU :

bah… et s’il fait froid… ?

Le froid conserve les conserves.

ENORIEL :

le froid conserve tout, même les cons, et les cons servent parfois…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

personne ne veut me prêter sa tente ?

ZARAKAÏ :

et dormir à tes côtés… ?

ENORIEL :

Plutôt crever !

Prononcé sur le même ton que fais moi une place de Julien Clerc dans le CD éponyme

TRICHELIEU :

faites moi une place…

ZEHIRMANN :

t’inquiète… nous ferons chacun un tour de garde cette nuit… il y aura donc, toujours une tente de libre pour t’accueillir…

WRANDRALL :

exact…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

super !

WRANDRALL :

nous devons assurer notre sécurité… qui veut monter la garde en premier ?

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

moi !!!

ENORIEL :

quel enthousiasme !

TRICHELIEU :

euh… j’ai mal compris la question en fait !

WRANDRALL :

bon… je serais le deuxième

ZEHIRMANN :

troisième

ZARAKAÏ :

quatrième

ENORIEL :

cinquième

Fait immanquablement penser à l’émission des chiffres et des lettres, surtout précédé du compte qui ressemble au rythme du « consonne-voyelle » de l’autre partie du jeu télévisé.

WRANDRALL :

Le compte est bon !

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

mais la comtesse n’est pas mal non plus…

ZEHIRMANN :

quoi ?

TRICHELIEU :

… ah c’est vrai, désolé, vous ne l’avez pas connue…

ZARAKAÏ :

… bon ! Si c’est bon, eh bien mangeons !

TRICHELIEU :

Au préalable…

ZARAKAÏ :

QUOI ?

TRICHELIEU :

je voudrais prier !

ZARAKAÏ :

c’est pour bénir notre repas, c’est ça ?

WRANDRALL :

c’est pour bénir notre repos… plutôt…

ZARAKAÏ :

ah… moi je veux avaler mon repas avant d’aspirer au repos…

TRICHELIEU :

Bon… Je peux prier en paix ?!

ZEHIRMANN :

Tu me parais peu inspiré…

TRICHELIEU :

J’aspire d’abord à la tranquillité !

ZARAKAÏ :

tu te mets à genoux pour prier ?

TRICHELIEU :

bien sûr…

ENORIEL :

il se met à ta taille…

ZARAKAÏ :

grrr…

Que l’on aspire au bonheur au que l’on aspire le bonheur ?

TRICHELIEU :

c’est à genoux que l’on aspire le mieux au bonheur…

ZEHIRMANN :

je crains que dans ta bouche, le sens n’en soit vicié…

TRICHELIEU :

mais pas du tout ! N’y voit que la formule d’une quête vers la joie…

Une fille de joie désigne allégoriquement une prostituée…

ENORIEL :

j’y vois surtout la quête d’une fille de joie !

Ici, la taille désigne la partie du corps située à la jonction du thorax et de l’abdomen… et non la taille totale d’un individu !

ZARAKAÏ :

alors, ça veut dire qu’il s’est mis à ta taille Enoriel ! boup !

ENORIEL :

c’est malin !

TRICHELIEU : [RIRES]

ahaaha… j’ai pas compris…

NARRATEUR :

et ils commencèrent à se restaurer autour du feu de camp, en discutant de tout…

Rime avec « Tout »

ZARAKAÏ :

ah ! je m’en fous partout !

NARRATEUR :

… et de rien

Rime avec « Rien », les deux rimes faisant écho au narrateur.

ENORIEL :

t’es qu’un bon à rien… !

Chapitre 3 – Où l'on monte la garde (qui çà ?)

Lorsque Trichelieu ‘prend’ son tour de garde le calme et le silence ‘prennent position’… bien étrange, ce clerc déteint sur le décor !

NARRATEUR : [ronflements… ]

Après cette collation du soir, Trichelieu prit son tour de garde… La nuit avait laissé tomber sur la paisible forêt l’un de ses plus profonds voile d’ombre. Le calme et le silence avaient pris position lorsque, soudain…

Robin des bois de Disney, mais aussi Astérix et Obélix chez les Bretons, ou encore le nain du Donjon de Naheulbeuk (quand la compagnie se réveille dans la cabane du vieux Jildas… ) ! On le retrouve aussi dans la IIIème Légion, au début de l’épisode 8 : Il est minuit, dormez tranquilles légionnaires !. Au Moyen-Âge, cette pratique était monnaie courante : on appelait ça un crieur public. Il annonçait les nouvelles importantes, et passait également au milieu de la nuit pour rassurer les bonnes gens qu’aucun courroux ne s’abattait sur la ville.

TRICHELIEU :

Il EST UNE HEURE ! TOUT VA BIEN !

ZARAKAÏ :

quoi où ça !

ENORIEL :

Hein quoi ? Je trouve plus mon épée…

ZEHIRMANN :

Qui va là ?!

WRANDRALL :

Hein ? Ahhh !! Secours !!

TRICHELIEU :

mais qu’est-ce-qu’ils ont ?

ZEHIRMANN :

qu’as-tu vu Trichelieu ?

TRICHELIEU : [..respirations haletantes.]

Mais euh… RIEN ! J’ai juste dit : « il est une heure, tout va bien ».

TOUS :

QUOI ?

Incohérent. On apprend plus tard (épisode 7 et épisode 11) que Trichelieu n’a pas pu se rendre à la réunion secrète des prêtres de Maender-Alkoor, donc c’est qu’il y vit, or Maender-Alkoor n’est pas un village. CQFD.

TRICHELIEU :

eh bien… dans mon village… celui qui fait les rondes de nuit rassure les habitants ainsi…

WRANDRALL :

Andouille !

ENORIEL :

Tocard !

ZEHIRMANN :

Crétin !

ZARAKAÏ :

Espèce d’Elfe !

TRICHELIEU :

mais… je croyais pourtant bien faire, c’est mon premier tour de garde…

Référence rôliste

NARRATEUR :

après ce tour de con, ce fut au tour de Wrandrall de faire son tour de garde… la nuit était très calme… Le vent était léger… tout le monde dormait avec tranquillité… tout le monde… même Wrandrall… tss tss tss… (rire !). Ce petit moment d’insouciance est le cadre idéal pour lancer le dé douze qui détermine les mauvaises rencontres… Allez… Roule roule roule roule roule !!!! YESSSS !!! !

ZEHIRMANN : [rires sardoniques]

Eh… éh oh ?!… EH !!! WRANDRALL !

Wrandrall semble avoir dans son sommeil des accès de démence liés à ses origines refoulées…

WRANDRALL : [ronflements]

non… laisse moi lui arracher la tête…

ZEHIRMANN :

WRANDRALL !

WRANDRALL :

… mais hein quoi ?… !

ZEHIRMANN :

c’était ton tour de garde !

Le tout va bien est presque le même que celui du clerc, en moins fort.

WRANDRALL :

ah euh… oui bien sûr,… y a rien à signaler… tout va bien…

ZEHIRMANN :

tant mieux… je prends le relais…

WRANDRALL :

ah ! je peux aller dormir ?

ZEHIRMANN :

tu peux continuer d’aller dormir ouais…

WRANDRALL : [réussite critique en jet d'observation !]

… mouam super… et… OH ! Regarde par là… ça a bougé !

NARRATEUR :

ah merde ! pfff…

ZEHIRMANN :

hum… j’ai rien vu mais… je sens planer une menace… d’autant que le narrateur a proféré un juron peu discret…

NARRATEUR :

mais pas du tout !… hum hum…

WRANDRALL :

réveillez-vous ! Réveillez vous !

ZARAKAÏ :

quoi ? Oh D’ill dou diable ! lous couns…

ENORIEL :

Mmmm… Qu’est-ce-que c’est encore ?

TRICHELIEU :

Qué que cé ?!

ZEHIRMANN :

… pfff

WRANDRALL :

j’ai vu un truc bouger… par là, dans les broussailles…

ENORIEL :

bon préparez-vous…

ZARAKAÏ : [sortent tout leur équipement]

boh… y en a marre… y en a marre

WRANDRALL :

c’est par là, c’est par là… vous entendez ? Y a quelque chose hein ?!

TRICHELIEU :

Oh ! Ca se rapproche !

ZEHIRMANN :

Attention

ZARAKAÏ :

bon alors c’est quoi ?

ZEHIRMANN :

… tenez vous prêts

ZARAKAÏ :

oh le marteau… il est prêt… attends un peu !

WRANDRALL :

Ça va sortir de ce buisson…

À priori, on pourrait penser qu’il s’agit d’une référence aux classiques des films d’horreur, cependant JBX indique qu’il voyait cela comme une petite référence biblique à moïse et au buisson ardent.

TRICHELIEU :

le buisson bouge… le buisson bouge… aahhh… mon dieu le buisson bouge !

ZEHIRMANN :

Rhooo ça va… c’est juste un buisson BORDEL !

Septième fois de l’épisode que l’on a droit à « C’est vrai »… .le comique de répétition, ce n’est bien que quand c’est répété (définition auto référente) !

TRICHELIEU :

ah oui c’est vrai !

ENORIEL :

qu’est-ce-que c’est… mais qu’est-ce-que c’est … mais qu’est-ce-que c’est ?

TOUS :

AH !!

Dans la version sonore, la fée dit Bonsoir, ce qui parait plus cohérent.

FEE :

Bonjour !!!

TRICHELIEU :

oh ! La jolie petite fille ! gzzzzz…

FEE :

je ne suis pas une petite fille…

ZARAKAÏ :

allons bon ?

FEE :

je suis une petite fée…

WRANDRALL :

ca change tout… à part la taille

FEE :

ben vi !

WRANDRALL :

comment t’appelles-tu ma jolie ?

FEE :

vous me tutoyez ?… vous êtes malpoli !

ZEHIRMANN :

Oh ! Veuillez excusez mon ami…

FEE :

boh tant pis…

ZEHIRMANN :

Et vous vous appelez… ?

FEE :

Lonie !

ENORIEL :

Ah ouai… c’est très mimi…

FEE :

Merci !

Félonie

TRICHELIEU :

Vous êtes la fée Lonie ?

FEE :

ben vi !

Féline. Mais pourquoi donc un tel nom ? Parce que l’inébranlable ;)

TRICHELIEU :

Connaitriez-vous la fée Line ?

ENORIEL :

pff…

FEE :

euh… non… je ne connais pas toutes mes consoeurs… pourquoi ?

TRICHELIEU :

Eh bien… j’ai rencontré Line, comme vous, devant un buisson, j’avoue j’étais fébrile à son apparition car elle était jolie et pleine de passions, et…

ZEHIRMANN :

OH ! Tu vas pas nous raconter toute ta vie non ?!

Fellation ? Voilà qui plairait à notre cher clerc…

TRICHELIEU :

hmmm… toujours est-il que Line m’a pris en affection, qu’elle m’a introduit auprès de la fée lass…

ZARAKAÏ : [SBAFFF]

ouilla !

ENORIEL :

eheh

WRANDRALL :

ouch

ZEHIRMANN :

je le voyais venir…

La fée réalise une allitération en “S”, spécialité de Zehirmann.

FEE :

pourquoi l’avoir assommé sans aucune sommation ?

ZEHIRMANN :

pour enrayer efficacement son incorrec-TION !

ENORIEL :

Que fait donc une fée comme vous hors d’une forêt féérique en pleine nuit ?

FEE :

eh bien… je me suis perdu E…

Le bip est le même que celui émis lors d’une mauvaise réponse dans un jeu télévisé bien connu…

ENORIEL :

beeep… cette réponse ne me convient pas…

ZARAKAÏ :

pourquoi ?

ENORIEL :

T’as déjà vue une fée perdue toi… ?

ZARAKAÏ :

ben ch’ai pas… y a bien le pain perdu, qui ne l’est pas vraiment… alors une fée perdue… eu eh

ENORIEL :

mais ça n’a rien à voir abruti !

ZARAKAÏ :

oh ça se tient non !

Trichelieu termine sa phrase avec un peu de retard

TRICHELIEU :

tion… hein ?

ZARAKAÏ :

tè ! Voilà l’autre qui revient à lui !

ZEHIRMANN :

j’ai pas frappé assez fort…

WRANDRALL :

trop fort, il était mort…

La narcolepsie (ou maladie de Gélineau) est une affection neurologique grave caractérisée par quatre symptômes dont le principal est la présence quotidienne d’épisodes irrésistibles de sommeil et un désordre du sommeil général.
Elle fait partie des dyssomnies, ou troubles du sommeil.

TRICHELIEU :

désolé si je me suis assoupi, c’est sans doute de la narcolepsie…

WRANDRALL :

si tu le dis…

ENORIEL :

il a la tête dure… il fera un bon bélier…

Soulignons le fait que le bélier est parfois synonyme de l’organe féminin (la représentation schématique de l’organe en question ressemble effectivement à une tête de bélier).

TRICHELIEU :

c’est mon signe astrologique… oui bravo !… où en étions-nous ?

FEE :

eh bien, l’elfe met en doute ma nature féérique !

Le mot döppelganger vient de l’allemand, il signifie double. Dans Final Fantasy IX, un des ennemis utilise une technique nommée Doppelgänger qui lui permet de dédoubler les héros du jeu. Dans Ragnarok Online, on retrouve le doppelganger en tant que monstre polymorphe, capable de prendre les capacités des personnages qui l’attaquent.

ENORIEL :

Exact… j’envisage le fait que vous soyez en réalité une créature polymorphe appelée… un DÖPPELGANGER

TOUS : [musique]

un quoi ?

ENORIEL :

un… DÖPPELGANGER !

TOUS : [musique]

QUOI ?

ENORIEL :

un… tst… oh… un DÖP PEUL GAN GUèR !

Référence à La cité de la peur des nuls, où le mot Serial Killer est répété plusieurs fois avant d’être compris.

TOUS :

ah… ! un DÖPPELGANGER !…

ENORIEL :

oh putain… !

ZARAKAÏ :

ah ouais… et c’est quoi ce truc ?

WRANDRALL :

Est-ce vraiment très différent d’une fée ?

FEE :

… Ah oui alors…

ZARAKAÏ :

Ah bon et c’est quoi la différence ?…

JBX indique qu’il regrette fortement d’avoir introduit un mot aussi grossier dans sa série… : « Quelques clins d’oeil à La Cité de la Peur des Nuls et à Eric Thomas (à cause duquel j’ai hélas mis le mot C… lle! Désolé pour cette vulgarité que je regrette aujourd’hui… et que je veux cacher par un bruit adapté ! » (dans la version sonore, le mot est masqué par la transformation du monstre).

Et en effet, dans La cité de la peur, tout à la fin du film, dans un journal on parle d’un légume, « qui ressemble, à s’y méprendre, à une énorme paire de cou— ».

Enfin, Coluche disait : « Quelle est la différence entre l’abominable homme des neiges et l’abominable femme des neiges ? ». Réponse : une abominable paire de couilles. Amis de la subtilité et du bon goût, bonsoir !

FEE :

eh bien la différence entre une petite fée et un doppelganger… c’est que le doppleganger, lui… il a une… GROSSE PAIRE DE COUILLES !

TOUS :

AH !

ENORIEL :

attention elle se transforme !

ZEHIRMANN :

aux armes !!!

ZARAKAÏ :

Milledieu !

TRICHELIEU :

quelle horreur !

Chapitre 4 – Où l'on coupe, tranche et égorge sans vergogne ni remords

ENORIEL :

Méfiez-vous de ses griffes !

ZARAKAÏ :

ah la vache, elle est rapide…

TRICHELIEU :

mais les vaches n’ont pas de griffes…

WRANDRALL :

ah toi, c’est pas le moment !

ZEHIRMANN :

écartez-vous, je vais le flamber !

ENORIEL :

rhaa… la saleté, elle m’a touché…

ZARAKAÏ :

moi, j’arrive pas à la toucher

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

je vais bénir vos attouchements

WRANDRALL :

Zehirmann, crame-le !

TRICHELIEU :

Alleluiaaaa … alleluia…

ZEHIRMANN :

ZAaulkaall zooour !

NARRATEUR : [BROUF… AAAAAAAH !]

oh non… mon beau doppleganger… bouh… ouh

WRANDRALL :

Mais pas lui Zehirmann ! Je voulais que tu flambes le clerc !

TRICHELIEU :

mais je ne vous permets pas !

Référence à la chanson entonnée en début de l’épisode 3.

ZEHIRMANN :

un regard incendiaire et tout est calciné…

Dur à cuire, pas dur à frire !

ZARAKAÏ :

C’était un dur à frire ce dopplemachin

ZEHIRMANN :

ganger…

ZARAKAÏ :

oui c’est ça oui… ce truc quoi…

ENORIEL :

Oh MAIS Y EN A MARRE !

ZEHIRMANN :

Qu’y a t-il Enoriel ?

Référence à l’exceptionnelle capacité d’Enoriel pour piller tous les cadavres qu’il rencontre… cf. épisode 1.

ENORIEL :

RIEN A PILLER SUR CETTE FISTULE CRAMOISIE !

WRANDRALL :

C’est vrai que ça daille…

ENORIEL :

jadis, on avait toujours une petite pièce de fer, un bijou fantaisie, un bout de truc, une merdouille de valeur quoi… et là… RIEN ! Rien de rien ! de rien de rien DE RIEN… RAALGAMAZIEL !

TRICHELIEU :

Ca veut dire quoi ça… Raalgamaziel ?

ENORIEL :

J’ai honte… C’est une terrible insulte elfique !

ZARAKAÏ :

eh ben… on dirait pas…

ENORIEL :

eh ben quoi ?

ZARAKAÏ :

ça vaut pas les insultes naines ça…

WRANDRALL :

ce doit être l’équivalent de « saperlipopette » Hum Eh EHEH !…

ENORIEL :

c’est malin !

WRANDRALL :

bon… je vous propose d’aller dormir…

ZARAKAÏ :

ça c’est une riche idée… ouais

ZEHIRMANN :

moi, je monte la garde…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

ah eh ah oui… la garde quoi…

NARRATEUR :

Après cet épisode complètement raté, l’équipe des bourrins put reposer en paix…

ZEHIRMANN :

euh… SE reposer en paix… qu’il fallait dire !

NARRATEUR :

quoi ?

ZEHIRMANN :

tu as dit : l’équipe des bourrins put reposer en paix… mais on est pas mort que je sache… !

NARRATEUR :

veuillez m’excuser…

ENORIEL :

ben vi !

NARRATEUR :

je ne faisais qu’anticiper…

Effectivement, il l’a déjà dit en fin d’épisode 4. Déjà, lors des épisodes 2 et 3, il s’était répété…

TRICHELIEU : [AH AH AHHHAAHHAAH]

J’aime pas quand il rit comme ça… euh… il me semble que j’ai déjà dit ça…

ENORIEL :

moi aussi…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

ne serait-ce pas ce que l’on appelle une resucée ?

ZEHIRMANN : [SBAFF]

dors !

Proposez vos changements sur Github !