Cette œuvre est un travail collaboratif basé sur l'ouvrage de JBX. Les internautes ayant participé sont listés sur la page d'accueil du projet Reflets d'Acide.
Une subtilité n'est pas référencée ? N'hésitez pas à la signaler !

Affichage des références :

02. La Forêt des Éventrés

Chapitre 1 – Introduction à la quête

NARRATEUR :

Après un enrôlement effectué dans une maison close…

WRANDRALL :

Quoi ?

ZARAKAÏ :

qu’est-ce qu’il dit ce con ?

ENORIEL :

il a vu ça où lui ?

NARRATEUR :

Après un enrôlement effectué dans une taverne…

TOUS :

Ah !

Stupre : Débauche, obscénités…

NARRATEUR :

où l’on pratique le stupre et la luxure…

ZEHIRMANN :

Oh…

ZARAKAÏ :

eh ben c’est pas mieux !

Le narrateur insiste lourdement sur la liaison, ce qui donne « Bric, broc, brac »… une très jolie allitération en b, r et c !

NARRATEUR :

le groupe formé de bric et de broc et de bras cassés commençait sa randonnée acidulée…

WRANDRALL :

Allons-y messieurs…

NARRATEUR :

Le regard perçant et la truffe au vent, Wrandrall prit donc fièrement les devants…

WRANDRALL :

Euh…

NARRATEUR :

… avant de se rappeler qu’être devant pouvait être dangereux…

WRANDRALL :

Zarakaï… ?

ZARAKAÏ :

Hum ?

WRANDRALL :

cela t’ennuierait-il de bien vouloir ouvrir la marche parce que… ben… je trouve que… tu…

En jeu de rôle ou MMORPG, un tank désigne une personne capable d’encaisser beaucoup de coups, et qui en contrepartie est relativement faible au combat. À noter aussi, le mot « mandale », qui est le premier d’une suite de surnoms-paronymes dont Zarakaï affuble Wrandrall : mandale, vandale, sandale…

ZARAKAÏ :

Ok… OK mandale !… Tu préfères que le tank passe devant… Groumph…

WRANDRALL :

euh… mais non mais… pas du tout !

ZARAKAÏ :

Hum ?

WRANDRALL :

Disons que je ne voudrais pas te… cacher la vue !

ZEHIRMANN :

Bon… Wrandrall !

WRANDRALL :

Oui ?

ZEHIRMANN :

Quel est l’itinéraire ?

Le premier lieu est appelé La forêt des éventrés. C’est un clin d’oeil à la forêt des éventrés de Vlad Tepes, le vrai Dracula. Le dernier lieu, le gouffre de AAAAh, est une référence au film des Monty Python Sacré Graal où la même expression est employée à propos du château renfermant le Graal.

WRANDRALL :

Ah ! Tout est sur mon parchemin magique… (« Ah bon »)
Tout d’abord, nous devons traverser la forêt des éventrés,
(« beuh »… général !) avant de découvrir le fleuve des Glaires tièdes,
(« beuh »… général !) puis nous explorerons la grotte de l’Herpès écorché,
(« beuh »… général !) nous marcherons sur la Colline des Mille Gangrènes,
(« beuh »… général !) nous escaladerons avec fierté le Mont Mucus
(« beuh »… général !) et à son sommet nous entrerons dans un souterrain dénommé « le gouffre de… AAAAAAAAAHHHHHHHHH !!!? »… (« marrant ce nom ! ») appelé aussi « le trou de la Mierdaille » (« beuh »… général !)

ENORIEL :

Qu’est-ce donc que tous ces noms !

JBX explique : « Le trajet des aventuriers du volcan jusqu’au gouffre est un peu tiré par les cheveux : il s’agit d’une parabole très discrète que je me suis amusé à placer dans cette aventure ! En fait, tout découle d’un reportage que j’ai pu voir sur la cathédrale de Notre-Dame-de-Paris (j’ai enfin retrouvé des écrits de Monsieur Maurice Ronsart !) l’historien indiquait que l’édifice représentait une femme allongée… (un des vitrails représentant l’endroit où la vie peut être créé… et un autre vitrail, totalement opaque, signifiant que par celui-ci, rien ne pouvait naître… je vous passe les détails, mais cela m’a stupéfait !). Peu de temps après, j’envisageais le parcours que devaient emprunter mes aventuriers… Et pourquoi ne pas jouer sur une allégorie de cet ordre ?!… Soyons fous, même si je suis seul à le savoir, l’idée me plaît ! Ainsi donc, la quête allait cheminer sur le corps imagé d’une… FEMME ! Une ville dans un volcan (un cerveau volcanique !), la forêt (des cheveux), le fleuve (des larmes), la grotte (entrée : le nez - sortie : la bouche), le bivouac (sur la gorge), les collines (les seins), le labyrinthe (qui peut être une représentation symbolique très féminine… ), le mont (au début, j’avais pensé à une fesse mais finalement… c’est plutôt le ventre d’une femme enceinte !). Oui bon… maintenant… vous me prenez pour un fou ! N’empêche que vous aurez compris ce qu’est le trou qui se trouve sous la fente et que la cathédrale est un berceau de la vie (mais aussi de la mort… hélas… ) »

WRANDRALL :

Ben…

Wrandrall est un semi-démon, et la carte vient donc des terres chaotiques !

ZEHIRMANN :

Si nous étions en terres chaotiques, je comprendrais ces appellations… mais là…

WRANDRALL :

Ah euh… oui. Hem… euh… oui étrange…

ZARAKAÏ :

En tout cas, ça n’a pas l’air d’être des appellations elfiques… Ça donne pas envie de rigoler !…

ENORIEL :

… Il y en a un qui ne sera pas dépaysé par un périple aussi écoeurant…

On entend Wrandrall, décidément stressé, soupirer de soulagement en entendant qu’il n’est pas visé. Ses origines démoniaques lui pèsent !

NARRATEUR :

… dit Enoriel en posant son regard méprisant et hautain sur Zarakaï…

ENORIEL :

lalalala lalalala… (chantonnant)

ZARAKAÏ :

Groumph… Un barde peut-il encore chanter avec un bout de tête en moins ?

ENORIEL :

en tout cas, mieux qu’un nain qui aurait son garde-manger coincé dans sa barbe…

ZARAKAÏ :

ah ouais ?!

ENORIEL :

Eh ouais !

ZARAKAÏ :

Si tu souhaites chanter… je peux t’accompagner avec mon marteau…

ENORIEL :

C’est ton… instrument de musique, c’est ça ?

ZARAKAÏ :

Eh ouais…

ENORIEL :

Ah ouais ?

ZARAKAÏ :

Avec lui, quand je tape sur une cloche, ça sonne le glas de la connerie…

Jeu de mot avec les facultés de « raison »nances.

ENORIEL :

… Je doute que tes facultés de résonances puissent suffire à éradiquer celle-ci

ZARAKAÏ :

ah ouais ?!

ENORIEL :

Eh ouais !

Pour faire monter la gamme des octaves d’Enoriel, Zarakaï doit faire chanter celui-ci plus aigu, on devine donc facilement où ce coup de marteau devra être situé pour cela. À hauteur de Nain en somme.

ZARAKAÏ :

ta résonance à toi, j’ai bien envie de la tester… Je vais te faire monter dans les octaves à grands coups de marteau !

ENORIEL :

on voit bien, pauvre nain, que tu n’y connais rien…

ZARAKAÏ :

ah ouais ?

ENORIEL :

eh ouais ! En tant qu’instrumentiste tu n’as pas d’avenir, je suis sûr que la danse pourrait te convenir…

ZARAKAÏ :

Ah ouais ?

ENORIEL :

Eh ouais !

ZARAKAÏ :

Hum ?

ENORIEL :

« Vas-y Zarakaï bouge-toi le croupion ! et danse, danse à fond à t’en péter le f… !!! »

ZARAKAÏ :

Eh ! Mais… je danse ! ARRÊTE ÇA ! Je danse contre mon gré ! Espèce de… Je te boufferai la gueule !

Deuxième allitération en S pour Zehir !

ZEHIRMANN :

Hop hop hop ! STOP ! Le temps du badinage n’est plus ! Veuillez cesser incessamment vos sottises insensées !…

NARRATEUR :

whoa ! Quelle belle allitération en “S” Zehirmhann !

ZEHIRMANN :

Merci… Ça, mon p’tit, c’est deux ans d’école de magie pour apprendre à bien prononcer les S !

ENORIEL :

ah oui ?!

ZEHIRMANN :

eh oui…

ENORIEL :

Un chasseur sachant chasser doit savoir chasser sans son chien ?

ZEHIRMANN :

Les chaussettes de l’archiduchesse sont-elles sèches ou archisèches ?

ENORIEL :

Est-ce seize chaises sèches ou seize sèches chaises ?

ZEHIRMANN :

S’étant séché sagement, ce sensé chasseur se…

ZARAKAÏ :

Non mais eh ! Coun deus Couns ! Vous allez les arrêter vos elferies ?!

ENORIEL :

eh eh !

WRANDRALL :

Euh… il est l’heure de partir…

NARRATEUR :

deux heures après, à l’orée de la Forêt des éventrés…

ZARAKAÏ :

entrons dans les bois

ENORIEL :

il fait sombre ici…

WRANDRALL : [crouic crouic crouic]

Eh… C’est quoi ce bruit ?

ZARAKAÏ :

une grenouille… ou alors… c’est une poule qui est bien malade… ! Eh !

WRANDRALL : [Bruit… oiseau]

Et ça ? Qu’est-ce que c’est ?

ZEHIRMANN :

Il s’agit d’un petit pinson qui nous indique par sa chanson : “dégagez intrus ou je vous fiente dessus !”

ENORIEL :

Ah oui ! Bravo ! C’est l’exacte traduction en plus !

Faire un 01 sur un D100 (dé à cent faces) à D&D est une réussite critique.

ZEHIRMANN :

… Je viens de faire un 01 en zoologie ! C’est la classe ! Eh eh !

NARRATEUR : [Jingle]

bonus d’XP !

WRANDRALL : [bruit… Gibbon !!!]

Stop ! Vous entendez… C’est quoi ?

Nom latin du gibbon.

ENORIEL :

pfff… mais… ce n’est qu’un halobate agilis

ZARAKAÏ :

non mais hé ! T’es jamais sorti de ta cambrousse toi ?!

WRANDRALL :

ben… chez moi, dans les terres chaotiques, y a pas trop de bestioles, en fait…

ZARAKAÏ :

C’est quoi cette blague ?!

ZEHIRMANN :

Quoi ?! C’est une déplaisante plaisanterie j’espère ?!

ENORIEL :

Hein ? On s’est fait enrôler par un type qui vient des terres chaotiques ?!

WRANDRALL :

Euh… hein ? Non non non… mais… non… C’était… C’était une boutade voyons !

ZARAKAÏ : [« Ahhh ! » général !]

Aha ah je m’apprêtais à te dépiauter la rougnague à grands coups de marteau…

Allumer au propre comme au figuré…

ZEHIRMANN :

et moi qui ai failli t’allumer comme une vulgaire torche… ah ahah

ENORIEL :

Ah oui… et un coup de lame castratreur est si vite arrivé…

WRANDRALL :

eh eh eh… eh… eh… oh putain !

ENORIEL :

ECOUTEZ !!!

ZARAKAÏ :

eh ben quoi ?

ZEHIRMANN :

humph ?

WRANDRALL :

QUOI ?!

ENORIEL :

Cachons-nous !

ZARAKAÏ :

… mais ?!

ENORIEL :

Cachons-nous !!!

ZEHIRMANN :

mais enfin, Enoriel, tu as chanté : “Mon beau paladin, illumine mon chemin… “ Ce chant n’est-il pas censé nous protéger de toutes mauvaises rencontres ?

ENORIEL :

oui… à condition de le chanter toutes les 2 heures…

WRANDRALL :

et alors ?

ENORIEL :

ben… ça fait un peu plus de 2 heures… et je l’ai pas rechanté !

WRANDRALL :

Rhaaa… mais c’est trop nase !

Une des phrases préférées de Zarakaï, qu’il utilise à tort et à travers.

ZARAKAÏ :

Pour une fois qu’un elfe pouvait être utile… eh ben non !

ENORIEL :

quelle mauvaise foi !

ZEHIRMANN :

Avoue qu’il y a du laisser-aller, Enoriel !

ENORIEL :

Oh ! Ça va ! En plus… j’aime pas le chanter ce truc…

ZEHIRMANN :

pourquoi ?!

ENORIEL :

ben… pas de rencontre, pas de points d’XP, pas de machin à piller…

WRANDRALL :

ah ouais… pas faux !

ENORIEL :

et… Chuttt… Je crois avoir entendu…

Le nom de Trichelieu n’est pas dû au hasard : le cardinal de Richelieu était un TRICHeur très épicurien ! Et l’adjonction du t donne au mot la consonance d’un objet masculin.
À partir de cet épisode, toutes les remarques libidineuses de Trichelieu seront dénotées comme TRICHELIADE. Retenez bien le mot, vous allez le voir un peu partout.

TRICHELIEU : [Au loin]

Au secours, au secours !!! À l’aide ! À l’aide !

ZEHIRMANN :

un appel au secours peut-être ?!

Chapitre 2 – Nouvelle recrue

ZARAKAÏ :

je pars à la rescousse !

WRANDRALL :

mais…

En attaquant, Zarakaï crie Tata Yoyo au lieu de Taïaut Taïaut, en référence à la chanson d’Annie Cordy

ZARAKAÏ :

TATAAA YOYOOOO !!!

WRANDRALL :

mais… il est frappé ce nain ?

ENORIEL :

C’est clair… D’habitude, on crie TAYO TAYO pour charger !

ZEHIRMANN :

il me semble en effet ! Eh eh !

ENORIEL :

… Pauv’ nain ! Mais quel pauv’ nain…

WRANDRALL :

oui… bon… ça… à la rigueur mais… pourquoi fonce-t-il aveuglément vers un danger qu’il n’a pas pu estimer…

ZEHIRMANN :

C’est notre méthode… J’y vais aussi ! PAR ZAAMAN RUUL, ÇA VA CHAUFFERRR !!!!

WRANDRALL :

non Zehir ! Non ! Mais qu’est-ce qu’ils ont tous à foncer comme ça ?

ENORIEL :

l’effet ras-le-bol peut-être ?

WRANDRALL :

déjà ?!

ENORIEL :

non mais bon… va falloir qu’on les suive… C’est pas de gaieté de coeur mais…

WRANDRALL :

Ah non !… Moi, je reste là !

ENORIEL :

T’as raison… Comme ça, Zehir, Zara et moi, on aura plus de points d’XP à se partager après le combat !

WRANDRALL :

… Euh… ah ouais… c’est vrai… mais chui qu’un niveau 1 moi !

ENORIEL :

Assume ! Allez zou ! PAR LE SON DE MA HARPE ET LE FIL DE MON ÉPÉE YAAA HA

WRANDRALL :

… Ok bordel… je viens… Eh ! Attendez-moi !… Je gzzzz… MERRRDEEEUHHH !

Dans cette citation, il y a une gradation ascendante (figure de style qui place des termes de plus en plus forts pour donner une impression forte d’horreur [ou toute autre impression]). Le plus drôle, c’est que cette superbe figure de style du narrateur tombe complètement à plat avec les répliques qui suivent.

NARRATEUR :

là, dans une clairière, un petit personnage terrifié est entouré par 15 orcs sales, écoeurants, visqueux, répugnants, hideux…

ZARAKAÏ :

eh ben… des Orcs quoi !

NARRATEUR :

euh… ah ouais !

ZARAKAÏ :

Le mot « orc » se suffit à lui-même… !

L’onanisme est synonyme de masturbation ; du coup, « se suffit à lui-même » prend un tout autre sens. Référence biblique à Onan, fils de Juda et Schua. Après la mort de son frère Er, Dieu lui demanda de susciter une postérité à son frère en enfantant sa femme. Onan sachant que cette descendance ne lui appartiendrait pas se « souillait à terre » (se masturbait) avant « d’aller vers elle » pour qu’elle n’enfante pas. Ainsi, il se suffisait à lui-même…

TRICHELIEU :

Comme Onan ?!

TRICHELIEU : [silence]

AHHHH ! AU SECOURS ! Au secours, à l’aide à l’aide !

NARRATEUR : [Bruits d'orcs]

Et une féroce bataille s’engagea !

TRICHELIEU : [bruit du marteau qui vole, splitch… feu… ]

Aidez-moooooi !

ENORIEL :

je m’occupe de ces trois là !

.On reconnaît là l’expression (sex n’)drug’s n’rock n’roll (DRUM’S AND ROCK’s AND’). Ajoutons-y le champ lexical du feu, avec crame, brûle et fire.

ZEHIRMANN :

et moi des 5 à droite… DRUM’SANDROCK’sAND’CRAMBRULEFIRE’…

ZARAKAÏ :

prends ça ! Et ça ! Rhaaa… ! Et çaaaa ! Ah Ah ! AHU !

En anglais : to come (venir) signifie aussi jouir. On peut sans difficulté imaginer le sous-entendu, surtout de la part de Trichelieu :)

TRICHELIEU :

que votre venue soit bénie !

ENORIEL :

chklink chklink chklink… Yaallla ! Vous allez déguster !

ZEHIRMANN :

Salamandres de feu : attaquez ces orcs ! Et cinq de moins…

ZARAKAÏ :

Bigne lou copte de cu ! Ba cagaou !

TRICHELIEU :

quelle efficacité !

« renvoi aux 22 » fait référence à un terme de rugby. On peut y voir aussi une référence à Astérix et Obélix (en particulier le film Mission Cléopâtre) où on trouve bon nombre de mentions du vol des Romains, dont le nouveau casque leur donne, paraît-il, « une meilleure pénétration dans l’air ».

ZARAKAÏ :

renvoi au 22 !!!!… (bam) AHU ! 112 m ! Ça vole bien les orcs !

ZEHIRMANN : [bam]

… Surtout sans la tête, ils gagnent en aérodynamisme !

WRANDRALL :

oh les brutes ! Pauvres orcs… Ah ! Celui-ci n’est pas tout à fait mort… Salut à toi ! (gnnnnnnn) Je viens t’aider à crever…

ZARAKAÏ : [sploutch !]

ils s’enfuient !!! REVENEZ ! BANDE DE CRAPIOLES TROUILLARDES !

WRANDRALL :

eh ben ! Je ne pensais pas que combattre quinze orcs serait aussi bruyant !

NARRATEUR :

ben… le type qui s’occupe des effets spéciaux a eu la main lourde en fait… MAIS PAS AUTANT QUE VOUS, BANDE DE BOURRINS !…

ZEHIRMANN :

en tout cas, c’était un très bon échauffement !

ENORIEL :

voyons voir s’il n’y a pas quelques babioles à récupérer sur ces chairs mortes…

WRANDRALL :

ah ouais… Bonne idée… !

TRICHELIEU :

Euh… Merci ! Vous m’avez sauvé d’un sombre trépas !

10 + 3 + 5 + 2 = 20… quel arrondi !

ZARAKAÏ :

mais de rien… ! Ça te fera, voyons… 10 + 3 + 5 + 2 = euh… j’arrondis… 30 pièces de bronze par personne pour le sauvetage…

TRICHELIEU :

comment… ? Quoi qu’est-ce ?!

MNS = Maître Nageur Sauveteur, les surveillants de baignade…

ZARAKAÏ :

Bon… ben… paye au moins le MNS pour le sauvetage !

TRICHELIEU :

le quoi qu’est-ce ?

ZARAKAÏ :

le MNS = Maître Nain Sauveteur… Autrement dit… MOI !

ZEHIRMANN :

Hmm… Il plaisante !

ZARAKAÏ :

ah mais non…

ENORIEL :

Il n’y a rien sur les cadavres… c’est à désespérer… Salut à toi… euh…

ZEHIRMANN :

Comment t’appelles-tu ?!

Présenter aurait été plus correct qu’introduire, et tellement plus politiquement correct…

TRICHELIEU :

Hé bien… je laisse au narrateur le soin de m’introduire… auprès de vous…

NARRATEUR :

Tu peux te gratter…

TRICHELIEU :

Ah bah bon… alors, je me nomme Trichelieu, et vu mon habit monacal, vous aurez compris que je suis un clerc…

NARRATEUR :

… et voleur, violeur, pilleur, mais ça, il préfère ne pas s’en vanter !

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

mais… vade retro ! C’est absolument faux ! Je suis un humble clerc au service du cul… te de Travia…

WRANDRALL :

Travia ? C’est quoi ça ?!

Travia devient, en verlan, viatra, puis viagra (cf. JBX). Quant à l’utilisation du terme « vénérée », les épisodes suivants montreront quel sens il prend dans la bouche de ce clerc.

TRICHELIEU :

un peu de respect pour ma déesse vénérée !

ZEHIRMANN :

C’est une déesse ? Et quel est son domaine de prédilection ?

TRICHELIEU :

le foyer !

ZARAKAÏ :

… le foyer ? Tu veux dire… le Feu ? Mais on a déjà Zehir pour tout cramer !

ZEHIRMANN :

je ne crois pas que…

TRICHELIEU :

mais non…

ZARAKAÏ :

Deux types qui crament tout, dans un même groupe…

En référence au film de Robert Benton : Kramer contre Kramer

ENORIEL :

ça fait un peu crameur contre crameur ça… ! Eh eh !

La raison pour laquelle les personnages ne « savent pas pourquoi ils rigolent » peut paraitre obscure. Cette blague est bien plus évidente dans la BD (p.39) : l’elfe et le nain ne veulent pas admettre qu’ils ont ri ensemble. Il est aussi possible qu’il s’agisse d’un anachronisme, et qu’ils ne savent pas pourquoi ils rient puisque le film n’est pas encore sorti à leur époque.

ZARAKAÏ :

eh eh ! oui oui eh… ah… C’est ça… Je sais pas pourquoi je rigole…

ENORIEL :

moi non plus…

TRICHELIEU :

mais… NON ! Du foyer comme un foyer !

ZARAKAÏ :

eh ben… quoi !

La femme “à” son mari… faut-il vraiment expliquer ?

TRICHELIEU :

le foyer… La famille, la femme, le mari, ce que doit faire la femme à son mari… enfin… avec son mari…

ENORIEL :

Quoi quoi quoi ?

Le repos… une référence aux guerriers revenus se reposer après une campagne de guerre et qui n’ont pas vu de femmes depuis longtemps. Le repos du guerrier est d’ailleurs une position du Kâmasûtra.

TRICHELIEU :

c’est le culte de Travia, bande d’incultes ! Les tâches ménagères accomplies avec dévotion, les règles respectant le repos du guerrier… le repas du guerrier… voulais-je dire…

ENORIEL :

eh eh ! Mais c’est complètement con comme culte ça !

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

mais c’est un cul… te très vénérable !

ZEHIRMANN :

c’est ridicule… Je ne vois pas en quoi tu pourrais te rendre utile… !

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

mais je ne vous permets pas… Je suis tout à fait valable !

ZARAKAÏ :

Vraiment ?

TRICHELIEU :

Mais voui ! Enfin… sûrement !

WRANDRALL :

Bon… Saurais-tu soigner nos maux ?

TRICHELIEU :

qui est-ce ?

WRANDRALL :

comment ça qui est-ce ?

TRICHELIEU :

eh bien… qui est Nomo ?

ZEHIRMANN :

attends… Nos maux ce n’est pas un nom…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

je me doute bien… Ce doit être un pseudo… tendancieux qui plus est.

WRANDRALL :

mais non… nos maux, c’est nos bobos quoi !

TRICHELIEU :

ah ! Il a un autre surnom ?

WRANDRALL :

MAIS NON ! Bordel… !

TRICHELIEU :

Bordel ! C’est dur à porter ça… J’avais un ami qu’on appelait couil…

WRANDRALL : [respirations… ]

Zen… Un mal des maux ! Comme un ail des aulx…

Histoire d’O est un roman français signé par Pauline Réage. Ce livre est souvent compris par le public comme une sorte de confession ou encore une forme de prosélytisme pour les pratiques sado-masochistes. Il est tout sauf cela. Histoire d’O est un livre érotique et pornographique : il est même d’une crudité assez rare dans ce registre.

TRICHELIEU :

euhhhhhhhhhh… je vois pas là ! C’est une histoire d’O… ? Mmmm…

ZEHIRMANN :

NOS MAUX comme des blessures, fêlures, brisures, brûlures… Des trucs que tu vas subir si tu ne comprends rien !

TRICHELIEU :

Aaaaaaaaaah !… Bien sûr… bien sûr… Puisque je suis un clerc… je soigne tous les maux !

WRANDRALL :

AH… il a compris…

ZARAKAÏ :

ah bon ?!

WRANDRALL :

Saurais-tu nous bénir avant un combat ?

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

Mais oui mais oui… et même après si vous le souhaitez…

WRANDRALL :

Et bénir nos ennemis à coup de masse ?

Dans l’esprit de Trichelieu, la trique n’est sûrement pas un bâton… et en plus, sa phrase commence par un “oh oui” fort déplacé !

TRICHELIEU :

oh voui, à coup de ma trique, de matraque si besoin…

WRANDRALL :

Et masser mes orteils après un combat ?

TRICHELIEU :

rêve…

WRANDRALL :

Et écrire, lire et parler plusieurs langues ?

Tagazok est le vœu de bonne santé et de bonheur au paradis des nains du Donjon de Naheulbeuk. Quant à « Zurbi et torbi », c’est un détournement d’une bénédiction papale : Urbi et Orbi.

TRICHELIEU :

oui da si ya arcthung sied Svlad Tagazok Aldna Fioou Zurbi et torbi !

WRANDRALL :

Ok… ok… C’EST BON ! Alors es-tu libre pour une quête ?

TRICHELIEU :

ouiiiiiii

WRANDRALL :

ben alors tu rappliques…

TRICHELIEU :

OK !!!

ENORIEL :

Mais t’es malade !

WRANDRALL :

quoi ?!

Encore un sous-entendu avec les animaux…

ENORIEL :

On ne sait rien de ce type et tu l’embauches, comme ça au débotté ? Sans vérifier ses antécédents et sans visite chez un véto assermenté ?! Mais t’es fou ?

Quêtes est compris dans le sens actif : faire la quête, quêter, et non pas réussir une quête. Quant à « la corbeille la plus garnie », il s’agit d’un terme argotique désignant… bref ! vous aurez compris.

TRICHELIEU :

Mais ne vous inquiétez pas, je suis un spécialiste des quêtes : je vois, lorsque j’officiais dans mon temple, j’avais la corbeille la plus garnie…

ZEHIRMANN : [silence]

Wrandrall… tu es sûr de vouloir l’enrôler ce truc…

En jeu de rôle, un personnage décédé se crée un nouveau perso, et le MJ fait en sorte de l’inclure de façon plus ou moins subtile dans la quête (« re-roll »).

WRANDRALL :

Ben… fallait bien reprendre dans le groupe… l’esprit de la barbare morte précédemment mais euh… « réincarnée » en Trichelieu… !

ZARAKAÏ : [« AH ouais ! » général]

Ah ouais ?! Comment ça « Ah ouais ! »

WRANDRALL :

Mais si voyons…

ZARAKAÏ :

Qu’est-ce que c’est que cette histoire de réincarnation à la con ?

ENORIEL :

chut… euh

ZARAKAÏ :

Quoi chut… C’est quoi cette campafouillade encore !

ZEHIRMANN :

CHUTEUH !

WRANDRALL :

Guertrude… Trichelieu ?

ZARAKAÏ :

hein oui… et alors ?

WRANDRALL :

Trichelieu… Guertrudeu !

ZARAKAÏ :

quoi… Ils couchaient ensemble ?

ENORIEL :

Mais non !

ZARAKAÏ :

ah bon…

WRANDRALL :

Mais… suis un peu !

ZARAKAÏ :

eh ben j’essaye… mais je lis pas « Voici » moi…

ZEHIRMANN :

Guertrude alias… Trichelieu

ZARAKAÏ :

Alias Trich… ? Aaaaaa… Ah… Allons bon ?!

ENORIEL :

Ça y est ? Il a compris ?

ZARAKAÏ :

Eh ben, c’est nouveau ça… Et… elle a en perdu du volume, la barbare ! Eh eh !

ZEHIRMANN :

mais chut !

TRICHELIEU :

Hum hum… mais de quoi parlez-vous ?… Hem…

ZARAKAÏ :

Remarque éh ! Avec toute la barbaque qu’avait bouffé l’ours… restait plus grand-chose pour faire autre chose que ça… Hé he he !

TRICHELIEU :

C’est de l’humour nanique ?

ZEHIRMANN :

non on dit nanesque…

Examiner la fin du mot nanique pour comprendre…

TRICHELIEU :

ça sonne moins bien…

WRANDRALL :

bon… en route pour la quête !!!

TRICHELIEU :

Mais au fait… c’est quoi la quête…

Avec une musique du voyage de Chihiro derrière, le terme de voyage initiatique est bien choisi. On retrouve ces termes dans la pièce Art de Yasmina Reza.

WRANDRALL :

c’est… c’est une quêêête… hein ? Il y a un voyage initiatique sans doute, c’est un cheminement vers un but… et…

TRICHELIEU :

ah oui… et le but de cette quête ?

WRANDRALL :

c’est… alors… bon… Il y a un sous-terrain… et, il nous faut l’explorer…

ZARAKAÏ :

à la première écoute, ça m’avait déjà semblé un peu léger… mais bon…

TRICHELIEU :

quel est le nom de la quête sinon ?

WRANDRALL :

c’est pas le nom qui est important…

TRICHELIEU :

me dis pas qu’il n’y a pas de nom ?

WRANDRALL :

euh… voilà… si… La quête sans nom, ça sonne bien non ?!

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

bah non, mais bon, allons, fonçons… !

NARRATEUR :

après avoir enrôlé de façon très roleplay ah oui vraiment (HUM HUM général !) ce nouveau personnage dénommé Trichelieu

TRICHELIEU :

je suis un clerc !

NARRATEUR :

les aventuriers prirent la direction du fleuve des Glaires tièdes…

TRICHELIEU : [« Beuh » général !]

le quoi ?

Proposez vos changements sur Github !