Cette œuvre est un travail collaboratif basé sur l'ouvrage de JBX. Les internautes ayant participé sont listés sur la page d'accueil du projet Reflets d'Acide.
Une subtilité n'est pas référencée ? N'hésitez pas à la signaler !

Affichage des références :

Paroles de Krak le Nain

Chapitre 1 – Lyrics de Krak le nain

GARS :

Eh ! Zarakaï ?

ZARAKAÏ :

EH BEN QUOI ?!

GARS :

Chante nous la chanson à boire !

ZARAKAÏ :

OK ! Mais vous chantez le refrain avec moi ?!

TOUS :

ouais !

La dernière phrase de ce refrain ressemble à une citation de Musset : qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse.

ZARAKAÏ :

Parmi les comptines et les belles histoires,
Je préfère de loin cette chanson à boire,
Un bol, une louche, une chope, un godet
Qu’importe le vase si t’es toujours bourré !

GARS :

AHU !

TOUS :

AHU !

ZARAKAÏ :

Mes amis, mes frères, je vais vous raconter
L’histoire de Krak, le nain barbare benêt
Qui un jour de cuvée, s’était tellement torché,
Que dans sa caverne, il s’est connement paumé !

ZARAKAÏ :

Pour sûr le gaillard, il devenait bavard !
Couinant dans le noir, qu’il allait rentrait tard.
Traversant la forêt, en gueulant “chui beurré” !
Moi, j’aurais parié qu’il finirait crevé !

ZARAKAÏ :

Parmi les comptines et les belles histoires,
Je préfère de loin cette chanson à boire,
Un bol, une louche, une chope, un godet
Qu’importe le vase si t’es toujours bourré !

GARS :

AHU !

TOUS :

AHU !

ZARAKAÏ :

Soudain inspiré, Krak se met à beugler
“Je vois mon destin, il me faut l’attraper”
Faut bien dire que l’ivresse, quand on est un vrai nain,
Vous donne à peu près le pouvoir des devins.

Poux, choux, hiboux et genoux prennent un x : deux de ces mots particuliers sont présents ici.

ZARAKAÏ : [bouteille qu'on débouche]

Allant titubant, la bouteille à la main,
Voilà Krak le nain, courant comme un bourrin,
Tout à coup un grand coup, le voici à genoux
Il s’est pris un mur, le voilà dans les choux !

ZARAKAÏ :

Parmi les comptines et les belles histoires,
Je préfère de loin cette chanson à boire,
Un bol, une louche, une chope, un godet
Qu’importe le vase si t’es toujours bourré !

GARS :

AHU !

TOUS :

AHU !

ZARAKAÏ :

Krak se releva, la tête endolorie,
En gueulant “Bordel ! qu’est-ce qui m’a estourbi ? »
Alors qu’il s’énervait, le voici ébaubi,
C’est sa propre chaumière qui se trouve devant lui.

ZARAKAÏ : [rot dans la taverne]

Soudain c’est l’angoisse, Krak se met à blêmir
Il entend sa naine, qui commence à rugir,
Il se dit : “oh putain ! je devrais déguerpir
si je reste ici, elle va me démolir !”

ZARAKAÏ :

Parmi les comptines et les belles histoires,
Je préfère de loin cette chanson à boire,
Un bol, une louche, une chope, un godet
Qu’importe le vase si t’es toujours bourré !

GARS :

AHU !

TOUS :

AHU !

En arrière plan sonore, on entend un ivrogne prophétiser « écueil, cercueil, c’est pareil ».

ZARAKAÏ :

Notre ami groggy, se creusait la cervelle,
Trop tard car voici sa terrible donzelle,
Le poêlon à la main, et la fureur dans l’oeil,
Firent comprendre à Krak qu’il y avait un écueil.

La naine maîtrise la poêle en arme de jet, Moumoune en arme de corps à corps. Redoutable objet, la poêle !

ZARAKAÏ :

Elle lui dit « Mon gars, je vais te dessaouler »
Très vite il comprit qu’il valait mieux filer !
Au lancer de la poêle, la naine est très douée
C’est peu de le dire, Krak fut décapité.

TOUS : [oh puteing !]

Hardis compagnons, prenez-en de la graine,
Si vous picolez, chantez cette rengaine.
Mais si vous devez, rentrer à la maison,
Faudrait tout de suite reboucher les bouchons !

Chapitre 2 – Conclusion lucrative

TOUS : [applaudissements]

Bravo ! Superbe…

ROGER :

Cette chanson était sponsorisée par les taverniers qui demandent aux nains de ne plus rentrer bourrés le soir.

TOUS :

Bouuuuh !

Quel commercial, ce Roger.

ROGER :

C’est une astuce… c’est à dire que vous pouvez rester à la taverne, pas la peine de rentrer !

Proposez vos changements sur Github !