Cette œuvre est un travail collaboratif basé sur l'ouvrage de JBX. Les internautes ayant participé sont listés sur la page d'accueil du projet Reflets d'Acide.
Une subtilité n'est pas référencée ? N'hésitez pas à la signaler !

Affichage des références :

09. Énigme dans l'Abîme

Chapitre 1 – Tel un lézard...

Référence au Guide du voyageur galactique, le roman commençant par « Tout là-bas, au fin fond des tréfonds inexplorés et mal famés… »

NARRATEUR :

Au fin fond du tréfonds de l’abîme profond, notre groupe est en quête de poursuivre sa quête… mais tout semble endormi… Ils sont évanouis… Seul le nain est debout… Mais bon sang… il est où ?! Qu’attend donc ce crétin pour réveiller les siens… Zarakaï ?!… ZARAKAÏ ?!

ZARAKAÏ :

EH Bé !!!

NARRATEUR :

On t’attend… qu’est ce-que tu fous !

ZARAKAÏ :

BOH ÇA VA ! J’arrive…

NARRATEUR :

T’étais où ?!

Tout bon MJ connait ce fléau qu’est le joueur s’absentant pour aller aux toilettes alors qu’il se démène pour installer un climat particulier propice au rôle play !

ZARAKAÏ :

BOOOH ! J’étais au petit coin…

NARRATEUR :

ah bravo c’est malin…

Makaréou est un juron gascon.

ZARAKAÏ :

Makaréou… Bon… faut aller réveiller toute la marmaille… Zehir ?!… Zehir ?!… il est crevé ou quoi ?! ZEHIR ! Réveille toi !

ZEHIRMANN :

Hein ?… Ouch… Zarakaï ?! C’est toi ?

ZARAKAÏ :

Ben oui c’est moi… comment ça va ?

ZEHIRMANN :

c’est pas trop ça…

ZARAKAÏ :

oh ? ça va pas ?…

ZEHIRMANN :

ça ne se voit pas ?!

ZARAKAÏ :

Boh… t’es défiguré, brûlé, fondu… mais sinon ça va… je t’ai reconnu !

ZEHIRMANN :

super… merci, je suis tout déconfit

Confit est un terme générique qui désigne un aliment immergé dans une substance pour en modifier le gout ou la présentation. Dans ce cas là, de l’acide.

ZARAKAÏ :

tu n’es pas déconfit, tu es juste confit… éh !

ZEHIRMANN :

mes jambes sont en compote…

ZARAKAÏ :

en compote… de pommes ?! EH !

ZEHIRMANN :

je ne sens plus mes pieds…

Mais qu’il est lourd…

ZARAKAÏ :

ah moi si… mais… snif snif… j’ai du nez… EH EH !

ZEHIRMANN :

Arrête un peu de DÉCONNER !

ZARAKAÏ :

Boup… si on peut plus rigoler…

ZEHIRMANN :

Mais si ! Mais tu vois bien… que je ne vais pas bien…

Bois, tafiole !

ZARAKAÏ :

boh… ok… ok… allez tiens… bois TA FIOLE… de soin…

ZEHIRMANN :

Aahhh ça oui merci bien…

ZARAKAÏ :

Je m’en vais réveiller les autres pecs par terre…

ZEHIRMANN : [râle]

OK !

ZARAKAÏ :

Vandale… Trichelieu… Enoriel… debout ! (boup) Sandale ?! Trichelieu ?! TAFIOLE ?! Debout… ! (boup) DEBOUT TAS DE FEIGNASSES !

ENORIEL :

Hein ?! ouch…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

encore… ouiiiii… .Hein ?… Ouch…

WRANDRALL :

Hein ?… Ouch…

ZARAKAÏ :

Eh bé… alors… ça va ?

WRANDRALL :

couci-couça et toi ?

ZARAKAÏ :

couça-couci aussi…

WRANDRALL :

ah… bon… y a pas de soucis ?

ZARAKAÏ :

y a pas de sous ici non ?…

WRANDRALL :

mais bien sûr… Trichelieu, toi, ça va ?

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

ça va, ça vient… et quand ça vient… ça va… très bien…

ENORIEL :

ça va… ? crétin de nain… ?!

Paronomase.

ZARAKAÏ :

très bien… crottin de nez… !

On peut imaginer qu’Enoriel allait insérer ici une magnifique rime, tel que « crasseux du noeud » !

ENORIEL :

tant mieux… crasseux du… Oh !

ZARAKAÏ :

eh ben quoi… ?

ENORIEL :

Zehirmann !

ZARAKAÏ :

eh ben QUOI ??

ENORIEL :

Dans quel état piteux est notre compagnon ?

Ça satanne ?

ZARAKAÏ :

… il s’est flambé la couane… alors forcément, ça ça tanne !

TRICHELIEU :

Zehirmhann, si tu veux, je pourrais te soigner …

ZEHIRMANN :

J’en doute… Trichelieu…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

j’ai des talents cachés…

ENORIEL :

s’ils pouvaient le rester…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

je dispose pourtant d’un four-niment d’onguents…

ZEHIRMANN :

C’est plutôt inquiétant…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

Ma panoplie de crèmes peut régler tes problèmes…

Un œdème correspond au gonflement d’un organe, le terme est donc particulièrement adapté !

ZEHIRMANN :

garde tes cataplasmes… je ne veux pas d’oedèmes

Passer de la pommade est une expression apparue à la fin du XIXe siècle, où l’on disait alors « jeter de la pommade ». On peut l’apparenter à « cirer les pompes » ou « lécher les bottes » qui signifient également que l’on flatte une personne dans le but d’en obtenir quelque chose.

TRICHELIEU :

Laisse-moi te passer un peu de ma pommade…

ZEHIRMANN :

Tu ne me touches PAS…

TRICHELIEU :

Mes produits sont divins…

Pour la rime, ingrédients est prononcé ingrédiain !

ENORIEL :

… hmmm… quels sont leurs ingrédients

Pour le bois bandé, il fera réapparition dans l’épisode 13 sous le nom de cytropsis. Remarquer aussi cul, vaseline et latex… Enfin, le gingembre et le yohimbe sont des aphrodisiaques.

TRICHELIEU :

tuber-cules, vaseline, gingembre, yohimbé, latex et bois bandé…

ZEHIRMANN :

ASSEZ ! J’en ai soupé !

WRANDRALL :

Oh… Il me semble, Zehir, que ta peau se transforme !

ZARAKAÏ :

Dis donc… t’as la pelade ! Tu perds toutes tes croûtes !

ENORIEL :

merci pour ce détail… vraiment ça me dégoûte !

ZARAKAÏ :

eh ben quoi ? Ca se voit !

WRANDRALL :

vraiment… c’est pas de pot…

ZEHIRMANN :

mais siiii… je change de peau…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

par quel bon coup du sort ton corps s’ouvre à l’effort… ?

ZEHIRMANN :

j’ai un anneau magique… de régénération !

ZARAKAÏ :

eh ben ça c’est pratique…

ENORIEL :

c’est une bénédiction…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

c’est puissant… c’est oc-cul-te ?!

ZEHIRMANN :

pas vraiment… pauvre inculte…

WRANDRALL :

il doit être majeur !

Les mots majeurs et index sont tous les deux à double sens (majeur : important, mettre à l’index : mettre au rebut).

ZARAKAÏ :

il l’a mis à l’index…

WRANDRALL :

je parlais du pouvoir…

ZARAKAÏ :

Moi je parlais du doigt…

WRANDRALL :

je sais bien mais MOI PAS !!!

ENORIEL :

ça me paraît elfique…

ZEHIRMANN :

oui

ZARAKAÏ :

c’est pas plutôt runique… ?

ZEHIRMANN :

non

Tu niques ? Mais aussi référence à l’anneau unique du Seigneur des Anneaux.

TRICHELIEU :

cet anneau est u-nique… ?

ZEHIRMANN :

NON

ZARAKAÏ :

si on te coupe un bras, ça repousse d’un pet ?!

ZEHIRMANN :

il me faudra deux jours… et ce sera impec !

TRICHELIEU :

tu es comme un lézard…

ZEHIRMANN :

Euh…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

quand on lui coupe la qu… enfin… bref, ça repousse…

ZEHIRMANN :

… mouais…

WRANDRALL :

EH ! Ton armure aussi, semble régénérer ?!

ZEHIRMANN :

en effet… c’est un fait… je l’ai faite enchanter…

ZARAKAÏ :

éh bé oï… quel objet… ça doit coûter bonbon…

Un augure est un devin… d’où le don du devin !

ENORIEL :

ça c’est sûr, quel augure… cette armure est un don !

S’ensuit toute une discussion de marchands de tapis, dans laquelle Zehirmann est complètement ignoré. Auto-référence discrète au premier épisode de la série, où déjà Zehirmann a dû rappeler au narrateur qui le présentait et à ses compagnon, qu’il n’était « PAS UN ANIMAL! ».

ZARAKAÏ :

et si un jour, zehir devait mourir vraiment…

ENORIEL :

il faudrait partager son bel équipement…

ZARAKAÏ :

ouais !…

ZEHIRMANN :

de quoi… ?

ENORIEL :

As-tu un testament ?

ZEHIRMANN :

Quoi moi ?! Non mais… ?

ZARAKAÏ :

Pas besoin… je veux ça…

ENORIEL :

Alors je prends les bottes…

ZEHIRMANN :

MAIS… ?!!!

Bottes/l’armure le botte !

WRANDRALL :

Moi, je vous avoue que c’est son armure qui me botte…

ZEHIRMANN :

Eh ! mais attendez…

ZARAKAÏ :

Y a aussi l’amulette…

WRANDRALL :

je peux prendre sa cape ?

Référence à l’expression : De cape et d’épée, qui se dit d’aventures, de romans, etc. qui mettent en scène des gentilshommes-soldats au caractère chevaleresque et batailleur. (Source : Robert des expressions)

ENORIEL :

Si toi tu prends la cape, alors je prends l’épée…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

Vous n’êtes que des rats… des rostres… et… des rustres…

ZEHIRMANN :

Ah !

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

au moins, laissez-moi donc lui ôter sa ceinture… !

ZEHIRMANN :

ASSEZ !!!

TOUS :

désolé… pardon oui… pas encore mort…

ZEHIRMANN :

maintenant que nous sommes en bas de l’escalier, cherchons le souterrain, il doit être caché…

TOUS :

OK… .

Chapitre 2 – Exorciser...sans or !

Remarquer le jeu de mots du chapitre : « Exorciser sans or » : le couple tavernier n’avait pas l’air prêt à payer le prêtre. Cela dit, Exorciser sans or donne… Exciser !

NARRATEUR :

Retournons un instant dans l’ambiance feutrée de la douce taverne aux parfums enivrés ! Moumoune y revenait après avoir cherché dans toute la cité un prêtre assermenté qui puisse s’empresser d’exorciser Roger…

SACHER-MASOCH :

mais madame, mais madame, veuillez donc me lâcher !

MOUMOUNE :

vous êtes le seul prêtre et vous allez m’aider !

SACHER-MASOCH :

mais enfin… lâchez moi… lâchez moi s’il vous plaît !

ROGER :

Moumoune ? Mais quel est donc cet homme en bure que tu ramènes par la ceinture ?

MOUMOUNE :

c’est le seul prêtre que j’ai pu trouver !

GROUPE :

Oh ! Un prêtre ?

ROGER :

Vous êtes prêtre ?

SACHER-MASOCH :

Je suis prêtre… mais…

MOUMOUNE :

il faut un endroit calme… L’idéal, c’est la cave… allez zou… on y va !

SACHER-MASOCH :

Quoi ?!

ROGER :

pffff… Moumoune…

C’est à partir de là que s’annonce au fur et à mesure des dialogues le côté sado-masochiste du prêtre, dans un but d’auto-affliction ici poussé à l’extrême.

SACHER-MASOCH :

vous voulez m’isoler afin de m’étriper ?

MOUMOUNE :

Hein ? Pas du tout !

SACHER-MASOCH :

Une cave oubliée… c’est un endroit rêvé pour mieux me torturer…

MOUMOUNE :

Mais je… non !

SACHER-MASOCH :

vous allez me lyncher avec du cuir clouté… ?

MOUMOUNE :

Quoi ?! Vous délirez !

SACHER-MASOCH :

ou pire… m’éventrer avec du verre brisé… ?

ROGER :

Il est cinglé ce taré ?!

SACHER-MASOCH :

menez moi à la cave afin de me saigner !

MOUMOUNE :

Mais vous êtes frappé !

Double sens de « frappé ».

SACHER-MASOCH :

OUIIIII ! Frappez moi s’il vous plaît !

MOUMOUNE :

ASSEZ !!! Je veux juste vous mener à la cave afin d’exorciser mon mari… en paix !

SACHER-MASOCH :

quoi ?

ROGER :

C’est hors de question !!!

MOUMOUNE :

C’est un prêtre exorciste !

ROGER :

un prêtre… de quel culte… ?

Dans le jeu de rôle Reflets d’Acide, Shamrodia est la déesse de la douleur et de la souffrance.

SACHER-MASOCH :

Euh… je vénère SHAMRODIA…

ROGER :

QU… QUOI ?!

GROUPE : [silence]

qu’est-ce-qu’il dit ?

MOUMOUNE :

SHAMRODIA ? C’est quoi ça ?!

SACHER-MASOCH :

La sainte déesse de la douleur et de la torture…

ROGER :

ah oui, c’est ça… non MAIS CA VA PAS ?!!

MOUMOUNE :

Ah… bon… mais… ?

ROGER :

c’est juste un culte immonde !

MOUMOUNE :

Ah ?… Eh Bien… peu importe !

ROGER :

QUOI ?!

MOUMOUNE :

Ce prêtre m’a dit qu’il pouvait t’exorciser ! Maintenant qu’il est là, tu vas pas reculer !

ROGER :

Non mais dis donc ! C’est hors de question !

MOUMOUNE :

Oh que si…

ROGER :

Oh que non !

SACHER-MASOCH :

De toute façon… Madame, pardonnez moi mais…

MOUMOUNE :

QUOI ?!

SACHER-MASOCH :

je n’ vous ai jamais dit que j’“exorcisais”…

MOUMOUNE :

comment ça ?!

Renseignez-vous sur l’excision… nous n’en parlerons pas en ces pages.

SACHER-MASOCH :

vous m’avez mal compris, je parlais d’“exciser” !

MOUMOUNE :

QUOI ?!

ROGER :

HAAAAARF !!!… Mais quelle horreur !

MOUMOUNE :

Ca va vous coûter cher !!!… Espèce d’aliéné !

SACHER-MASOCH : [sbaff]

Aaaaaah… oui…

MOUMOUNE :

DEHORS !

SACHER-MASOCH : [sbaff]

AAAAHHHH ! Encore !

MOUMOUNE :

Mais ZUTEUH !

SACHER-MASOCH : [coup de poêle !]

AAAH ! Ouiiiiii ! Cassez moi la tronche…

GARS :

Ne lui faites pas mal ! ça lui ferait plaisir !

MOUMOUNE :

Gzzzz ! Les gars ! Aidez-moi à m’en débarrasser !

GROUPE :

OUAIS ! Allez Fous-y le camp ! Ouste ! Dégage ! Dehors ! Casse toi petit con !

MOUMOUNE :

Grrrr…

ROGER :

MOUMOUNE ! Tu as vraiment le chic pour dénicher des cons…

Le roi des cons, expression populaire…

MOUMOUNE :

… tu dois avoir raison… je me suis même marié avec leur roi dis donc !

ROGER :

Hein ?! Ah mais non…

On apprendra dans l’épisode 11 où sont tous les prêtres…

MOUMOUNE :

J’ai frappé à la porte de tous les temples en ville ! Ils étaient tous fermés… tu crois que c’est facile ?!

ROGER :

Allons bon…

MOUMOUNE :

à part ce piètre prêtre que j’ai donc ramené, je n’ai vu ni curé, ni shaman, ni abbé !

ROGER :

les temples sont déserts… ? Étrange… cette absence !

Jolie lapalissade de Moumoune.

MOUMOUNE :

tu crois qu’ils sont partis ?!

ROGER :

ma chérie… j’en sais rien… il serait pertinent d’en parler au devin…

MOUMOUNE :

mouais…

ROGER :

tu sais bien que ce soir… je vais aller le voir…

MOUMOUNE :

mouais…

ROGER :

il peut m’aider… tu sais ?

MOUMOUNE :

mouais…

ROGER :

Hein chérie ?

MOUMOUNE :

MOUAIS !

Chapitre 3 – Ce petit chemin...

Le jais ou noir de jais désigne par tradition un noir brillant, souvent à reflets bleu métallique, ce terme sert à décrire le plumage des corbeaux et les chevelures d’un noir très sombre. Le terme « aux cheveux noirs de jais » sera utilisé tout du long de la série, pour désigner la dragonne. Noter aussi que dans certains jeux de rôle, les attributs physiques sont tirés aux dés, et qu’on peut être face à des cheveux noirs de « jet ».

NARRATEUR :

marchant tranquillement en suivant le sentier (Aahhhh !), la dragonne embellie par les traits magnifiés d’une femme superbe aux cheveux noirs de jais, se rapprochait de l’entrée nord de Maender Alkoor (c’est bien joli tout ça)… Elle pensait au devin qu’elle allait voir enfin… lorsque SOUDAIN !

CHEF GREDIN :

la bourse ou la vie !

GREDIN 2 :

la bourse ou la vie !

GREDIN 3 :

la bourse ou la vie !

GREDIN 4 :

la bourse ou la vie !

La voix du GREDIN 5 ressemble étrangement à celle de l’Ogre DDE. D’après JBX, point de messages cachés : c’est juste qu’ils sont tous les deux stupides…

GREDIN 5 :

la bourseuuhh ou la vie-euh !

CHEF GREDIN :

bon ça va elle a compris…

DRAGONNE :

d’abord on dit « bonjour » quand on est éduqué !

GREDINS :

euh… ouais ouais, bonjour mademoiselle, hello poupée… salut ouais… la bourse-euuhh ou la vieeuh !

DRAGONNE :

ensuite on dit « adieu » avant de trépasser !

GREDINS :

euh… Eh éh…

CHEF GREDIN :

c’est ça ouais… mais moi j’ai mon épée

GREDIN 2 :

et moi un cimeterre

GREDIN 3 :

tu as vu ma bardache ?

GREDIN 4 :

et moi, mon arbalète

Dans la taverne, l’un des clients est aussi obnubilé par son caillou…

GREDIN 5 :

rega’de… j’ai mon caillou…

GREDINS :

ouais… mais ça, on s’en fout !

CHEF GREDIN :

et toi belle gazelle, qu’as-tu pour te défendre ?

Peut être une triste réference aux camps de concentration Allemands. En effet, les Polonais, lors de la découverte des camps et des monticules de cadavres, ont donné comme nom à cette extermination Mort de Masse. Le terme existe dans de nombreux jeux de rôle pour désigner un sort surpuissant.

DRAGONNE :

Eh bien j’ai « mort de masse » !

GREDIN 2 :

euh ?… mort de… quoi ?!

LEs gredins restent sur l’idée d’une arme physique.

GREDIN 3 :

une masse de mort plutôt non ?!

DRAGONNE :

non non… mort de masse !

GREDIN 4 :

je vois pas là… c’est quoi ?!

DRAGONNE :

Eh bien !!! Mort de masse… le sortilège !

CHEF GREDIN :

Hein ?!!!

GREDIN 2 :

Eh ?! Là… Elle bluffe ?…

GREDIN 5 :

mmmmouais elle boeuf…

CHEF GREDIN :

mais non… ça se dit « bluffe »…

GREDIN 5 :

ah bon ?…

CHEF GREDIN :

B L U 2F E

GREDIN 5 :

ah… ! Un buffle…

CHEF GREDIN :

c’est pas buffle, c’est BLUFFE !

GREDIN 5 :

boeuf ou buffle… c’est pareil…

CHEF GREDIN :

quoi ?!

GREDIN 5 :

c’est des cousins bovins…

CHEF GREDIN :

pffff… t’es vraiment qu’un crétin…

GREDIN 2 :

bon… vous deux… fermez là !

GREDIN 4 :

Mort de masse, c’est quoi ?

GREDIN 3 :

c’est un sort de nécromant…

CHEF GREDIN :

qui est extrêmement puissant…

GREDIN 3 :

donc ce qu’elle dit, c’est du vent… ?

GREDIN 4 :

avec les femmes, c’est souvent…

GREDINS :

mouhahaha

DRAGONNE :

vous… allez… tous… mourir…

GREDIN 2 :

mais ouais…

CHEF GREDIN :

mais bien sûr

GREDIN 4 :

mais c’est ça !

GREDIN 3 :

un jour on va mourir ! On le sait, c’est pas grave !

DRAGONNE : [voix dragonesque !]

vous… allez… tous… mourir…

GREDIN 3 :

Ah ?! Là… c’est plus grave !!!

La voix de la dragonne est plus grave, et le destin des gredins s’aggrave de même… Dans la forme ET le fond, donc !

GREDIN 4 :

dans la forme ou dans le fond ?

CHEF GREDIN :

dans les deux, pauvre con ! AAAAAHHHHH !

DRAGONNE :

SHISSSMILISSSKAYANGARZZZIIIIIPOOOOOORRRR…

GREDINS :

AAAAAHHHHHHHHRGH !

Assonance en [ance]

DRAGONNE :

amusant amusant… ce p’tit entraînement… le narrateur est-il rassuré de mes appétences, de mes compétences et de mon sens aigu à tancer la sentence qui m’amènent ainsi à tuer sans regrets ?

NARRATEUR : [clap clap… ]

parfait, fort bien, quel style … J’admire ta prestance !

DRAGONNE :

ce plaisant interlude me rappelle une stance…

NARRATEUR :

allons bon ?!

Chanson entonnée par Enoriel en début d’épisode 3 : à nouveau, une prolepse. Enoriel semble connaître la dragonne quelques épisodes plus loin.

DRAGONNE :

Musique ?!
“ce petit chemin… qui sent la noisette… “

Chapitre 4 – L'énigme...carte au nez !

NARRATEUR :

Dans le gouffre, tout au fond, notre groupe tournait en rond… ni porte d’entrée, ni passage secret… le doute s’installait… la quête s’étiolait… mouahaha… éh éh éh !

ZARAKAÏ :

non mais là, y a que dalle…

Donc, ce n’est pas y a que dalle, mais « y a que des dalles » !

TRICHELIEU :

à part ce sol dallé !

ENORIEL :

je me vois contrarié de ne rien déceler…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

c’est dur à avaler…

ZEHIRMANN :

mes détections magiques ne m’ont rien révélé…

TRICHELIEU :

s’il y a un souterrain, il est fort bien caché !

Plusieurs répliques orientées vers le champ lexical du casino et des cartes à jouer :

impasse
impair
passe
pair
main passe
les jeux sont faits
rien ne va plus
bien joué
(em)pli(e)
pique
coeur
trèfle
carreau

WRANDRALL :

Nous sommes dans l’impasse… Un élément nous manque…

ENORIEL :

ce n’est là qu’un impair…

ZEHIRMANN :

ou une mauvaise passe…

ENORIEL :

mais cela va de pair…

ZEHIRMANN :

dans ce cas la main passe !

ENORIEL :

alors les jeux sont faits ?

ZEHIRMANN :

du coup, rien ne va plus !

ENORIEL :

Mouhahahaha… bien joué !

ZARAKAÏ :

Heing ?!

TRICHELIEU :

Je constate à l’envie que Travia vous emplie !!!

ZARAKAÏ :

Quelle mouche vous pique ?!

ZEHIRMANN :

un truc qu’on a à coeur…

ENORIEL : [ha ha !]

depuis qu’on a du trèfle…

Fin de la séquence

ZEHIRMANN :

mais on reste à carreau !

ZARAKAÏ : [Mouhahahah ! N'importe quoi !]

Mais ils sont fous ces cons !

WRANDRALL :

quel duo de bouffons…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

Vous vous en-hardissez alors qu’on est bloqué ?!

ENORIEL :

mais non mais non… allons…

ZARAKAÏ :

bon alors que fait-on ?

ZEHIRMANN :

observons, observons… hmmm… Avez-vous remarqué la forme de ce gouffre ?

ENORIEL :

il me paraît ovale… on ne peut s’y tromper…

ZEHIRMANN :

Avez-vous vu les murs ? Aucune aspérité…

Zarakaï partage la réputation de tous les nains d’un grand savoir-faire et d’un grand talent relatifs à la taille de la pierre. Il se permet donc d’apprécier en tout professionnalisme la qualité du travail.

ZARAKAÏ :

c’est taillé dans la roche… c’est du boulot soigné

ZEHIRMANN :

Et ce sol en damier, l’aviez-vous remarqué ?

WRANDRALL :

j’avoue l’avoir noté sans trop m’y attarder…

Peut être la présence d’un dragon ?

ZEHIRMANN :

Et quid de cet air moite étrangement chauffé ?

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

c’est une invitation à nous déshabiller… SBAAFFF… ou pas… !

ZEHIRMANN :

Que peut-on donc conclure de nos observations ?

ZARAKAÏ :

pffff…

ENORIEL :

ben…

WRANDRALL :

pfiou…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

j’aurais bien une idée (ah ?!) mais elle est déplacée… (boh)

WRANDRALL :

je donne ma langue au chat…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

mais pourquoi ce sexisme…

WRANDRALL :

de quoi ?!

TRICHELIEU :

non rien…

La péroraison est la dernière partie d’un discours, celle qui sert de conclusion.

ENORIEL :

Bon allez quoi, Zehir ! Ne nous fais pas languir de tes péroraisons !

ZEHIRMANN :

ah je suis désolé… j’ai pas la solution !

TOUS :

ohhh… boh… pffff… .Tsss…

ZEHIRMANN :

j’espérais de vous quatre une idée avisée…

ENORIEL :

ma seule conviction, c’est qu’il ne s’agit point de l’antre d’un dragon…

TRICHELIEU :

ah bah bon ?!

ZARAKAÏ :

c’est vrai qu’un dragon noir préfère les tourbières…

ENORIEL :

eh oui… en la matière… nous sommes bien d’accord…

Zarakaï semble surpris d’avoir trouvé un point d’accord avec l’elfe… mais remarquer aussi le « merde » qui succède à la notion de tourbière !

ZARAKAÏ :

Allons bon… Merde alors…

Dans l’épisode précédent, Wrandrall déclarait que la carte ne leur serait plus d’aucune utilité… ce qui est donc faux !

ZEHIRMANN :

Wrandrall, montre ta carte…

WRANDRALL :

ok… tiens… la voici…

ZEHIRMANN :

alors…

ZEHIRMANN : [Vous êtes ici !]

mais oui… on sait merci…

ZEHIRMANN : [Y a pas de souci]

parfait… alors… mais… MAIS !!!

WRANDRALL :

quoi ?!

ZEHIRMANN :

La carte m’a répondu !!!

WRANDRALL :

ah bon ?!

ENORIEL :

mais oui !!!

ZARAKAÏ :

dil dou diable !!!

TRICHELIEU :

Euh… bonjour ca-carte !

ENORIEL : [bonjour monsieur !]

mais c’est dingue !!!

ZARAKAÏ :

un parmachin qui parle !

ENORIEL :

un parchemin crétin…

WRANDRALL :

jamais elle n’a fait ça !

ZARAKAÏ :

un bout de truc qui cause… c’est pas courant, bon sang !

Un gimmick est une cellule de quelques notes de musique capable de capter l’oreille de l’auditeur. Le terme vient du jazz. Il est souvent très court, comme une petite phrase dont le son particulier, le dessin mélodique ou la formule rythmique imprégnera facilement la mémoire, donc la reconnaissance, donc l’identification. Jusqu’ici, la carte n’avait que proféré des Vous êtes ici !

WRANDRALL :

mis à part son gimmick, elle n’a jamais rien dit !

ENORIEL :

t’aurais pu l’étudier avant de t’en aider !

WRANDRALL :

mais je ne savais pas qu’on pouvait lui parler !!!

ZEHIRMANN :

Chère carte magique… Peux-tu nous éclairer sur ce gouffre secret ?

WRANDRALL : [je n'en suis que la clé, son secret est complet… ]

La clé ?! Mais c’est parfait ! Où faut-il t’insérer ?!

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

sans doute dans un trou prévu à cet effet…

ZEHIRMANN :

Chuttt !!!

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

il faut trouver la fente et le trou est joué…

ZEHIRMANN :

Chuttteuh !!!

ZARAKAÏ : [Dans l'énigme suivante, se trouve un mot secret… Saurez-vous le trouver ?]

ça m’aurait étonné…

ZEHIRMANN :

écoutez écoutez !!!

:« même en maRcHaNt vers luI, vOus ne pOuveZ l’atteindre » : H-O-R-I-Z-O-N est bien caché DANS l’énigme suivante. CQFD, mais tiré par les chevaux(eux).

ZEHIRMANN : [« même en marchant vers lui, vous ne pouvez l'atteindre… »]

ah ouais…

ZARAKAÏ :

euh…

WRANDRALL :

pfff…

ENORIEL :

eh oui…

ZEHIRMANN :

pas simple…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

C’est une bien belle énigme, j’excelle en la matière… (Hmmm… ) j’aime aussi les charades… (HMMMMM… )et puis les anal-grammes… (HMMMMMMMM !… ) les rebus (rebuts) et les puzzles…

TOUS :

LA FERME !

La dernière phrase est subtilement prononcée : Encore eut-il phallus que nous sucions son sexe…

TRICHELIEU :

ohhh… bon… on marche vers lui sans pouvoir La teindre… teindre qui ? Teindre quoi ? Des habiTs… Des cheveux… mais de qui ? d’elle ou lui ? Est-ce UN homme ou UNE femme ? on marche vers LUI mais on ne peut pas LA teindre ? Encore eut-il fallus que nous sussions son sexe…

TOUS : [SBAAAFFF !]

LA FERME ! Pffff… .

ENORIEL :

Franchement, quel gland !

Chapitre 5 – Quand elle arrive en ville !

Le titre du chapitre fait référence à un morceau de Daniel Balavoine, Quand on arrive en ville. Ajoutons le jeu de mot du narrateur sur la lumière et la réflexion.

NARRATEUR :

Laissons là ces lumières en pleine réflexion et allons voir plutôt où en est la dragon… ne !

DRAGONNE :

Me voici, me voilà… c’est le bout du tunnel !!! Maender Alkoor est là… Oh vraiment quelle merveille !

D’après Tagazok : « La description faite ici n’est absolument pas conforme à celle de l’épisode 1 mais remarquez qu’elles ne sont pas incompatibles. En fait c’est que JBX avait prévu de faire rencontrer à la dragonne un poste de garde mais cela ne lui était pas permis par le temps de l’épisode. »

NARRATEUR :

Maender alkoor, étrange décor posé sur un lac tiède tel un îlot bombé, baigné par les lueurs des miroirs prismatiques de la muraille d’argent immense et fantastique dominant de ses pans le sommet d’un volcan dont le destin éteint depuis plus de mille ans fût…

DRAGONNE :

Eh ?! OH ! …

NARRATEUR :

Quoi ?!

DRAGONNE :

Je n’ai point le loisir d’écouter ton récit, fusse-t-il captivant !

NARRATEUR :

oohhh…

On note ici un relâchement au niveau de l’éloquence de la dragonne qui qualifie les prédictions du devin comme simplement « stupides » quand elle pouvait trouver autre chose de plus élaboré.

DRAGONNE :

Je me dois de trouver le devin au plus vite… afin de vérifier ces prédictions stupides… notre armée des ténèbres ne saurait trépasser à cause d’un endroit où je n’ai rien trouvé…

NARRATEUR :

il faudra enquêter… les devins sont discrets… ils n’ont point de pancarte au seuil de leur foyer…

DRAGONNE :

mon ami, je le sais… mais je sais où chercher… les tavernes sont bondées d’informateurs zélés…

Chapitre 6 – Un public...avisé !

NARRATEUR :

En parlant de taverne… retournons chez Roger !

GROUPE :

boire une bière… c’est bien moins bien que d’en boire deux… OUAIS èh… OUé Hé !

ROGER :

Voilà messieurs vos bières… c’est 3 pièces de cu… .(SPOUFF)

GARS :

Eh allez ! Encore le Roger qui, d’un coup, disparaît…

GARS 2 :

… à force, il est moins drôle…

GARS :

c’est vrai qu’on est blasé…

GARS 2 :

j’en suis désabusé…

GARS 3 :

eh ouais… ça va un temps, après on est lassé !

Malédiction, en effet ! Dans les deux sens du terme. Moumoune aussi sait faire des allitérations en s, spécialité de Zehirmann.

MOUMOUNE :

Oh non !!! Malédiction… Quand ceci va cesser ?!!

GARS :

moi, ça me fait rigoler, quand il réapparaît !

GARS :

Il faut pas se moquer !… Eh éh !

GARS 2 :

Allez… à poil Roger !!! Eh eh eh !

MOUMOUNE :

J’en ai assez que vous le reluquiez !

GARS :

mais… euh !

MOUMOUNE :

D’ailleurs… Vous deux…

GARS 2 :

euh… oui Moumoune…

MOUMOUNE : [pas taper… par pitié… ]

ramenez-moi le grand tonneau vide qui se trouve là-bas…

GARS 2 :

celui là ?

MOUMOUNE :

celui là ! Mettez le donc ici, à cet endroit précis… c’est là que mon Roger s’est volatilisé !

GARS :

Ah bon… on le met là ?!

MOUMOUNE :

oui voilà… comme ça !

GARS :

eh bé… voilà…

MOUMOUNE :

enlevez le couvercle…

GARS :

ah… ? D’accord… !

MOUMOUNE :

voilà qui est parfait… si j’ai bien calculé… et s’il réapparaît, il devrait…

GROUPE : [AAAAH ! SPOUFF !]

le retour de Roger… (ouais ouais… bon on sait… c’est du déjà vu… il est dedans le fût.. on le voit plus cul nu ! Boooo… )

ROGER :

pffff… eh bien… me revoilà…

MOUMOUNE :

Roger ! Est-ce que ça va ?!

ROGER :

la routine, que veux-tu… Eh ! Super ce tonnelet !

MOUMOUNE :

au moins tu es caché !

ROGER :

Moumoune, c’est ton idée ?

MOUMOUNE :

A ton avis… Roger…

ROGER :

bon… Je dois me hâter…

MOUMOUNE :

te hâter ?

ROGER :

… Messieurs ?! EH OH ! MESSIEURS ! Ecoutez-moi BON SANG !

GROUPE :

hein ?! Ah bon… chut… il a un truc à dire… je suis à l’écoute !

ROGER :

Voilà… on m’a demandé de poser une énigme à cette assemblée …

GROUPE :

ah bon ?! … c’est rigolo !

MOUMOUNE :

QUOI ?!

ROGER :

il s’agit de trouver un mot secret caché dans ce court énoncé…

GROUPE :

Ah bon ?!… Chut ! On t’écoute !!!

MOUMOUNE :

mais qu’est-ce-que ?…

ROGER :

« même en marchant vers lui, vous ne pouvez l’atteindre… »

Référence aux Monthy Pythons dans Sacré Graal, lorsque quelqu’un demande ce qui peut flotter. Remarquer la nouvelle apparition complètement hors sujet du mot caillou… le tout sur la musique de réflexion de Jeopardy

GROUPE :

Eh bé ! Pffff… euh… un truc qui bouge quoi… moi je vois pas… un caillou ?!… boh non… un gros caillou ? NON ! … un bigorneau ? mais tais toi donc… une gogniole… c’est quoi ça ? Ah Ch’ai pas ! Je dis ça comme ça !

MOUMOUNE :

Roger… ?

ROGER :

Moumoune ?!

MOUMOUNE :

c’est quoi cette connerie !

ROGER :

le nain et ses copains ont besoin de ce mot pour découvrir l’entrée d’un souterrain ancien…

MOUMOUNE :

QUOI ?! C’est du n’importe quoi !

ROGER :

et pourtant, c’est bien ça !

MOUMOUNE :

et ils t’ont invoqué parce qu’ils n’ont rien trouvé ?!

Qui veut gagner des millions

ROGER :

ben oui… par mon intermédiaire, ils peuvent faire appel à l’avis du public…

MOUMOUNE :

mon dieu… c’est pathétique…

GARS :

Je sais ! Je sais ! Même en marchant vers lui, vous ne pouvez l’atteindre… c’est un pet !

GROUPE : [silence]

hou ! c’est vachement philosophique ça… pfff… qu’il est con ce con…

MOUMOUNE :

eh ben c’est mal barré…

Dans l’univers du fantastique tel que celui de RDA, la notion de minutes n’existe pas. Anachronisme, ou allusion supplémentaire au roleplay à l’origine de la saga ?

ROGER :

j’ai plus que deux minutes avant d’être invoqué…

NARRATEUR :

soudain, une femme superbe aux cheveux noirs de jais rentra dans la taverne sous des yeux médusés…

GROUPE : [Siffle]

oh ! tudieu ! Ca, voilà, ça, c’est une belle femme…

DRAGONNE :

Messieurs…

GARS 2 :

bonjour ! Oh… elle m’a presque effleuré…

DRAGONNE :

Où est le tavernier ?

GARS :

euh… c’est le type

GARS 2 :

là bas…

GARS 3 :

tout nu

GARS :

dans son tonneau !

Diogène de Sinope était un philosophe grec de l’école cynique du III ème siècle avant JC. On dit qu’il vivait dans un tonneau. Un jour où Alexandre le Grand, impressionné par sa philosophie, lui proposait un souhait, la légende raconte qu’il dit « Ôte toi de mon soleil ».

DRAGONNE :

… Curieuse tradition… sans doute faut il voir là, dans ces us indigènes un hommage à Diogène… Monsieur le tavernier ?

ROGER :

Hein ? Euh oui eh bien me voilà… que… .Je… que puis-je pour vous… être agréable… vous servir…

Pour Roger, cul nu dans son tonneau, il est difficile de cacher son trouble ;)

MOUMOUNE :

Non mais dis donc ROGER !!! T’es rougeaud ! T’es troublé ?!

ROGER :

hein ? Mais… euh… je… non !

MOUMOUNE :

Mademoiselle… que voulez-vous ?

DRAGONNE :

un simple renseignement…

MOUMOUNE :

Eh bien… c’est pas le moment !

DRAGONNE :

pourriez-vous simplement m’indiquer le chemin qui mène chez le devin ?

ROGER :

Le devin ? Ca tombe bien ! Je dois le consulter : je peux vous y mener !

DRAGONNE :

Mais voilà qui est parfait !

Moumoune, jalouse ? Noter aussi la quasi homophonie entre le « parfait » de Roger et le « pas fait » de Moumoune.

MOUMOUNE :

Oh mais non !… c’est pas fait !

ROGER :

ah bon ?

MOUMOUNE :

Déjà parce que Monsieur, va se faire invoquer…

DRAGONNE :

invoquer ?

ROGER :

Ah… c’est vrai… j’oubliais…

MOUMOUNE :

Et sans le mot secret… ils ne te lâcheront pas de toute la soirée !

ROGER :

Ah… c’est vrai… j’oubliais…

DRAGONNE :

J’avoue avoir du mal à suivre vos pensées…

ROGER :

C’est assez compliqué…

MOUMOUNE :

disons, pour simplifier, que Roger doit aider un groupe de tarés à résoudre une énigme pour trouver un mot-clé…

DRAGONNE :

quelle est donc cette énigme ?

ROGER :

« même en marchant vers lui, vous ne pouvez l’atteindre… »

DRAGONNE :

Eh bien… c’est l’horizon…

MOUMOUNE :

bon sang… elle a raison !

ROGER :

Parfait ! Vous me sauvez…

Chapitre 7 – Entrée classée et secret déclassé...

NARRATEUR :

Mmmmmm… c’est une conspiration… MMMMMM ! Retournons au fin fond du gouffre moribond dans lequel cogitait le groupe de bouffons…

TRICHELIEU :

… j’ai trouvé !

ZEHIRMANN :

m’étonnerais…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

je dirais… le “derrière”…

ZARAKAÏ :

mais c’est quoi ces manières !

TRICHELIEU :

Hein ?…

ENORIEL :

… dans quel sens doit-on prendre ce mot très orienté…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

en levret… enlevez toute idée déplacée…

TRICHELIADE !

ZARAKAÏ :

quel faux-cul ce clergé…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

le sens prépuce osé… présupposé est postérieur au mot !

Le fondement désigne l’anus.

WRANDRALL :

… tu lâches ce « derrière » sans aucun fondement…

TRICHELIEU :

ah mais non ! Je démens !

Le siège désigne le postérieur…

ZEHIRMANN :

ton esprit est le siège de tant de boniments…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

Je protège mes arrières en prenant les devants…

ZEHIRMANN :

hmmmm…

ENORIEL :

Bon ! Zarakaï…

ZARAKAÏ :

quoi ?!

ENORIEL :

il est l’heure…

ZARAKAÏ :

de quoi ?…

ZEHIRMANN :

de penser à Roger afin de l’invoquer…

ZARAKAÏ :

et pourquoi ?!…

ENORIEL :

… pour voir s’il a trouvé ce fichu mot secret !

Le nain est vraiment lié à Roger, il va même jusqu’à lui piquer ses répliques ! (cf. plus haut)

ZARAKAÏ :

ah… c’est vrai… j’oubliais… mmmmmmmmmm… .

WRANDRALL :

tsss… pour invoquer Roger… le mot secret c’est « BIERE » !

ROGER : [Apparition de Roger !]

eh bien me re-voilà ! Avec le mot en prime !

TOUS :

super !

TRICHELIEU :

ça me déprime !

ZEHIRMANN :

Arrête de scruter Roger à mi-hauteur…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

en rien sa nudité ne choque ma pudeur…

ROGER :

l’inverse n’est pas vrai !

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

tu n’as pas à jouir… rougir… de cette situation !

ZEHIRMANN :

TOURNE TOI S’IL TE PLAIT !

TRICHELIEU :

rhooo…

ROGER :

alors… le mot secret n’est autre qu’ “horizon”…

TOUS :

aaaah !…

ZEHIRMANN :

en effet…

WRANDRALL :

mais bien sûr…

TRICHELIEU :

horizon ?

ENORIEL :

ah mais oui… !

ZARAKAÏ :

Allons bon ?

ROGER :

Maintenant si le nain pouvait me révoquer !

Salut à vous, au revoir en occitan.

ZARAKAÏ :

hein ?! Ah oui ?!… Adischatz ! mmmmmmm

ENORIEL :

Merci Roger…

WRANDRALL :

Et bon retour…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

Rentre là bien… rentre bien…

ZEHIRMANN :

à la prochaine…

Référence à Terminator, qui lâche un mythique « I’ll be back » dans chacun de ses épisodes.

ROGER :

Pffff… C’est ça… c’est ça… je reviendrais !

ZARAKAÏ :

Mmmmmmm Humph… mmMMMMmmmmmm…

ROGER :

pfff… Dis donc le nain… Tu me dois 100 pièces d’or…

ZARAKAÏ : [sbrouff]

Ce Roger a loupé sa vocation d’huissier…

ZEHIRMANN :

bon… il est temps de tester le mot clé de Roger…

WRANDRALL :

Chère carte magique, on te dit… « horizon »…

TOUS : [C'est bien la solution… ]

Aaaahhh !

ZEHIRMANN : [Désormais vous savez ce qu'il vous faut trouver… ]

Trouver quoi ? L’horizon ?!

TOUS : [c'est bien ça… cherchez donc !]

quoi ?! Mais… NOOOOON !

WRANDRALL :

où trouver l’horizon au fond d’un trou sans fond…

TOUS :

pffff… c’est crétin, c’est très con…

ENORIEL :

voyons, réfléchissons…

ZEHIRMANN :

l’horizon, l’horizon…

ENORIEL :

la ligne d’horizon… ?

ZEHIRMANN :

c’est une séparation…

ENORIEL :

en fait, c’est la jointure du ciel et de la terre…

ZEHIRMANN :

si le sol c’est la terre… le ciel est-il le mur… ?

ZEHIRMANN :

Peut-être !!!

ZARAKAÏ :

parfois… ils me font peur…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

ils sont pleins de candeur…

WRANDRALL :

mais bon sang qu’est-ce qu’ils font ?!

ZARAKAÏ :

ils font encore les cons !

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

ils sont au pied du mur… dans une drôle de posture…

WRANDRALL :

ils sont juste à genoux… !

ZARAKAÏ :

ils sont peut-être à bout…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

bout à bout… ça m’intrigue…

WRANDRALL :

mais quoi donc…

TRICHELIEU :

nous avions une amie qu’on nommait Horizon…

ZARAKAÏ :

ah ?

WRANDRALL :

parce qu’elle avait la ligne ?

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

ah… non… tu fais fausse rut…

Référence à Guertrude, dans l’épisode 1.

WRANDRALL :

alors… quel est le rapport… ?

TRICHELIEU :

Celui là justement…

WRANDRALL :

quoi ?

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

Elle a su nous ouvrir de nouveaux horizons…

WRANDRALL :

mais pourquoi je te cause…

ZARAKAÏ :

booooo…

TRICHELIEU :

mais… ?

ZEHIRMANN :

vous venez… ?!

WRANDRALL :

on arrive…

ENORIEL :

regardez…

ZARAKAÏ :

qu’est qu’on mire ?

La ligne de mire…

ZEHIRMANN :

cette ligne très fine…

ZARAKAÏ :

mais oun douns ?

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

C’est celle-ci ?… C’est infime !

ENORIEL :

Pas celle là !!! Pauvre infirme !

ZEHIRMANN :

cette démarcation entre le sol dallé et la paroi du gouffre…

ENORIEL :

voilà notre horizon !

TRICHELIEU : [silence]

… mais bien sûr… et… et alors ?!

ENORIEL :

si on suit cette ligne… Hop ! Une intersection !

ZEHIRMANN :

Elle continue au sol… et alors que voit-on ?

ZARAKAÏ :

pffff…

ZEHIRMANN :

… que cette nouvelle ligne entoure cette dalle…

ENORIEL :

si on appuie dessus… hop ! elle s’enfonce à peine…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

ça s’enfonce… d’un doigt…

ZEHIRMANN :

c’est d’une précision…

ENORIEL :

il y a corrélation avec cette expression…

ZEHIRMANN :

« ouvrons nos horizons… ! »

Comme expliqué à l’épisode 7, CQFD est une locution latine signifiant « Ce qu’il fallait démontrer », souvent utilisée en mathématiques. Les anglo-saxons lui préfèrent QED (Quod Erat Demonstrandum).

ZEHIRMANN :

CQFD !

Beaucoup moins utilisée que CQFD, EFLD signifie Encore Fallait-Il Le Déceler !

ENORIEL :

EFLD !

WRANDRALL : [silence]

ils ont pété un plomb…

ZARAKAÏ :

ils ont pété un casque…

Trichelieu utilise lui aussi la structure “me suis pété” mais dans un contexte beaucoup plus terre-à-terre (encore un zeugme) !

TRICHELIEU :

me suis pété un ongle… sinon, j’avais raison !

ENORIEL :

j’en ai trouvé un autre…

ZEHIRMANN :

moi aussi… ça fait 3… !

ENORIEL :

il doit y en avoir 4 !

ZARAKAÏ :

Booooo…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

ils sont tout excités…

ZARAKAÏ :

ils sont fous !

WRANDRALL :

C’est fixé…

ZEHIRMANN :

ça y est ! Je l’ai trouvé !

ENORIEL :

super ! ça doit marcher !

ZARAKAÏ :

ils ont fumé de l’ail !

ZEHIRMANN :

Regardez, regardez !

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

les dalles enfoncées…

ENORIEL :

elles se mettent à briller…

ZARAKAÏ :

il y en a d’autres ici qui luisent désormais !!!

WRANDRALL :

observez bien le sol ! Les dalles forment un symbole…

ENORIEL :

Il est grand !

ZARAKAÏ :

Il s’étend…

ZEHIRMANN :

étonnant…

WRANDRALL :

surprenant…

TRICHELIEU :

c’est marrant… vu d’ici… c’est un X géant !

ENORIEL :

beuh… ?!

TOUS :

quoi ?!

NARRATEUR :

eh bien quoi, qu’est ce qu’il y a ?!

Il s’agit d’une référence à Indiana Jones et la dernière croisade lorsque dans la grande bibliothèque de Venise, Indiana découvre que les dalles aux sol forment un X (dix en chiffre romain). De plus le X marquant un emplacement est très répandu et foncièrement inoriginal, d’où le mécontentement des persos. Peut être peut-on aussi y voir une « porte » vers l’épisode 10 (X en chiffres romains… )

WRANDRALL :

… un X marque l’emplacement… !

NARRATEUR : [silence]

pffff… mouhahahahahaha… ihih ?

WRANDRALL :

quel narrateur navrant…

ENORIEL :

quel clin d’oeil affligeant !

ZEHIRMANN :

c’est vraiment consternant…

Assonance avec consternant…

ZARAKAÏ :

c’est surtout con et grand…

WRANDRALL :

cela dit sur la carte, ce X est bien présent…

Un site classé X ? Mais quoikes ?!

TRICHELIEU :

ce site est donc classé… ?!

ZEHIRMANN :

pourrais-tu la FERMER !

ENORIEL :

Pfff… Eh !… Le sol a tremblé !

WRANDRALL :

C’est le X ! Il descend !

ZARAKAÏ :

et nous avec bon sang ! ohhhh !

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

on s’enfonce ! On s’enfonce !!! Ahhhh !

ENORIEL :

Ca doit être l’entrée !!!

ZARAKAÏ :

Ah bon, faut pas bouger ?!

ZEHIRMANN :

c’est mieux qu’un escalier…

ZARAKAÏ :

c’est pas faux !

TRICHELIEU :

c’est pas vrai !

ENORIEL :

paltoquet !

WRANDRALL :

regardez !!!

ZEHIRMANN :

on est presque arrivé…

TOUS :

Oooohhhh !

NARRATEUR :

le groupe descendait au centre d’une salle dont les parois d’opale brillaient d’un bleu nacré…

TOUS :

ohhh !

NARRATEUR :

Deux statues colossales encadraient de leur grâce un miroir magistral aux reflets irisés…

TOUS :

aaahh…

TRICHELIEU :

c’est impressionnant…

ZARAKAÏ :

c’est saucissonnant…

ZEHIRMANN :

quelle atmosphère étrange empreinte de magie…

ENORIEL :

une magie antique…

Quelle belle lapalissade de Trichelieu, qui nous apprend que la magie est magique !

TRICHELIEU :

une magie… magique…

WRANDRALL :

les deux statues immenses ressemblent à des guerriers…

ENORIEL :

elles sont très stylisées…

ZEHIRMANN :

chacune à son épée

ZARAKAÏ :

ainsi qu’un bouclier…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

notez leur nudité…

Encore une paronomase.

ENORIEL :

notons ta nullité !

TRICHELIEU :

mais je…

WRANDRALL :

chère carte magique, que doit-on faire après…

On apprendra dans l’épisode 13 pourquoi la vision s’arrête ici…

TRICHELIEU : [la vision de celui qui m'a jadis créé s'arrêtait à l'entrée de cet endroit maudit… ]

MAUDIT ?!

ZEHIRMANN :

maudit ?…

ZARAKAÏ :

maudit…

Dit mot… mot dit ! Cf. “Qui ne dit mot consent” (proverbe)

ENORIEL :

qui ne dit mot… maudit !

TOUS :

WRANDRALL !!!

WRANDRALL :

mais je… quoi ?!

ZEHIRMANN :

dans quel pétrin…

ENORIEL :

crétin !

ZEHIRMANN :

… nous as-tu donc mené ?!

WRANDRALL :

j’en sais rien…

TRICHELIEU :

c’est pas bien !!!

ZEHIRMANN :

attendez… attendez !!!

TOUS :

quoi donc ?!

ZEHIRMANN :

chère carte magique ?

ZEHIRMANN : [oui ?]

qui est ton créateur ?!

Belial est un démon assez utilisé dans divers jeux de rôles… plus d’informations lors de sa résurrection !

TOUS : [le père de Wrandrall… le grand démon BELIAL !]

QUOIIIII ?!!!!!!

NARRATEUR :

proverbe du jour : d’une révélation peut naître la baston… .!!! Mouahahahahaha éhéhé…

Proposez vos changements sur Github !