Cette œuvre est un travail collaboratif basé sur l'ouvrage de JBX. Les internautes ayant participé sont listés sur la page d'accueil du projet Reflets d'Acide.
Une subtilité n'est pas référencée ? N'hésitez pas à la signaler !

Affichage des références :

Paroles de La Boite Perdue

Chapitre 1 – Introduction

Un paragraphe tout en alexandrin, comme souvent dans les débuts d’épisode de Reflets d’Acide.

NARRATEUR :

Il y a bien des années, en plein Maender Alkoor, fut gardé le secret d’un antique trésor…
Un vieil aventurier tout proche de la mort fit don à Hésindé d’un gros boîtier en or…
Les prêtres fort zélés de ce culte douceâtre mirent donc en sûreté cette offrande jaunâtre…
Laquelle ne fut jamais étudiée de trop près tant ses parois rouillées s’écaillaient au toucher…
Eh oui… Point d’or… sur la surface… la boîte fut oubliée… puis elle refit surface, un matin enneigé !

DISCIPLE :

Mon père, mon père, mon père !

BERNIE :

Mon frère, mon frère, mon frère ! Vous voilà ahanant, mon petit… Respirez… Si besoin, par le nez ! Que vous eûtes couru vous a rendu confus… joufflu… tordu…

DISCIPLE :

C’est affreux, j’ai fauté !

Tricheliade, mais pas trichelieu !

BERNIE :

Avec la soeur Gudule ?… mais quelle mauvaise idée…

DISCIPLE :

Mais non, mais pas du tout ! J’ai cassé un objet !

BERNIE :

Que donc ? Comment ? Oh non ! Mais qu’avez-vous pété ?!

DISCIPLE :

Une boîte sacrée…

Sans doute à mettre en relation avec la faveur choupissime (épisode 13, chap 12). On voit à quel point ils s’entendent bien, Bernie et notre Tritri !

BERNIE :

C’est inchoupinissable !

Le s de « hélas » est lié au c de « c’est là », ce qui donne une belle allitération en s (qui ressemble d’ailleurs à c’est là qu’est l’os hélas, mais bon … y’a pas vraiment de rapport ^^)

DISCIPLE :

hélas, hélas… c’est là…

BERNIE :

Quoi.. Là… c’est ça ?!

DISCIPLE :

oui oui !

BERNIE :

Cette vieille boitasse rongée de corrosion ?

DISCIPLE :

Oui !

BERNIE :

Empestant la fragrance d’un lisier de cochons ?!

DISCIPLE :

euh…

BERNIE :

Encombrant nos rayons

DISCIPLE :

Mais…

BERNIE :

Infestant nos haillons

DISCIPLE :

Mais mon père…

BERNIE :

Cette espèce de merde…

DISCIPLE :

Mais mon pèèèère ! Hier encore, vous disiez que cet objet sacré méritait qu’on se saigne pour le sauvegarder…

BERNIE :

hm hm ?!… (respiration) Heu… Oui… Gggg… il est vrai… que… quelle perte… terriiiible… euh…

DISCIPLE :

OH ! Mais… REGARDEZ !

BERNIE :

Quoui ?!

DISCIPLE :

la boîte… elle renfermait…

Renfermait / renfermé, un fait / infect.

BERNIE :

elle pue le renfermé… c’est un fait… c’est infect !

DISCIPLE :

une lettre !!!

BERNIE :

Hein ? Euh… une… lettre ?! Une missive ! Un message ! Un épître… Mais mais… Fistule de fichtrerie… en quoi fut-ce donc écrit ?!

Pour parler d’une lettre au père noël, le mot est bien choisi, c’est soit une référence à la qualité de la syntaxe, soit au niveau d’éducation de la gamine (école primaire).

DISCIPLE :

Euh… ça me paraît primaire…

BERNIE :

primitif mon petit…

DISCIPLE :

ah ?!…

BERNIE :

sans doute… une prophétie !

DISCIPLE :

vous croyez ?!

BERNIE :

Oh que oui ! Je pars chez le devin !

DISCIPLE :

comment… le vieux machin ?

Référence à la réplique désormais culte qui revient à chaque fois qu’on parle du devin (il est vieux, mais il est bien). Cf. épisodes 8, 11 et 13.

BERNIE : [au loin]

il est vieux… mais il est bien !

Chapitre 2 – Préparations et lyrics

Kyo apparait dans l’épisode 10, on en déduit donc que cette chanson est antérieure aux évenements relatés dans Reflets d’Acide. Le terme « solo » fait référence à Kyo Solo de l’épisode bonus dans l’espace.

NARRATEUR :

C’est ainsi que Bernie se rendit sitôt dit avec l’étrange écrit chez le devin flétri… lequel était en passe d’embaucher avec classe le samouraï solo, Kyo Shin Zamurato…

KYO :

J’accepte la mission et vous protègerai ! Le premier qui vous touche, je le décèderai !

DEVIN :

Euh…

BERNIE : [Ouverture de Porte !]

Coucou ! Coucou ? C’est Bernie ! Où êtes vous ?

DEVIN :

juste… devant vous !

BERNIE :

Oh mais oui ! Vous voilà !

KYO :

YAAAAAAAAAAAHHHHHH !

BERNIE :

AAAHH !

DEVIN :

Non KYO ! NON !

KYO :

IL ALLAIT VOUS TOUCHER !

Même phrase que celle du clerc dans l’épisode 13, chap. 8.

BERNIE :

en tout bien tout honneur…

KYO :

Je l’ai vu s’approcher !

BERNIE :

Mon geste était trompeur ?

KYO :

OUI !

BERNIE :

m’enfin… Que nenni !

Même en l’absence du clerc, les doubles-sens viciés abondent !

DEVIN :

il ne souhaitait sans doute que me serrer la main…

BERNIE :

Mais bien sûr… la mimine…

Cette réplique contient une quadruple référence : on parle ici de Emmanuel-Joseph Sieyès, un des instigateurs de la révolution francaise qui fera tomber la tête de Louis XVI (roi martyr). Ensuite, on a le pov pom’ qui est une référence au serment du jeu de paume (serment que firent les membre de la constituante – réunis dans une salle de jeu de paume donc – de ne pas se séparer jusqu’à ce que soit terminée la première constitution française), écrit par le même Sieyès. Enfin, mettre à l’index, c’est mettre au rebut, et quant au bras d’honneur…

KYO : [*dong*]

Comme le sermonnait jadis, en guise de serment, le vieil abbé Sieyès auprès du roi martyr : « Mieux vaut mettre la main à l’index que le bras à l’honneur… pov pom’ ! »

Écho de la phrase précédente

BERNIE :

euh… Ah ?! Mais… à qui ai-je l’honneur ?

Encore un quiproquo, comme on a pu en apprécier dans l’épisode 10, chapitre 4.

KYO :

Kyo !

BERNIE :

Quoi ?

KYO :

KYO !

BERNIE :

Qui est-ce ?

DEVIN :

C’est… mon… garde du corps… lequel semble zélé…

Lequel semble z’élégant !

BERNIE :

Il est très élégant… Enchanté, enchanté !

En plus de la rime, encore une histoire de chat… qui renvoie peut-être à la fin de l’histoire.

KYO :

en châtré…

BERNIE :

Hein ?! Mais…

DEVIN :

vous êtes venu pour quoi ?

BERNIE :

pour ceci, pour cela et pour vous montrer ça !

DEVIN :

une lettre ?!…

BERNIE :

un écrit…

DEVIN :

peut être…

BERNIE :

une prophétie ?!

DEVIN :

euh… ah ça… c’est pas dit…

BERNIE :

Mais en quoi est-ce écrit ?

DEVIN :

J’ai du mal à saisir… Je lis sur l’enveloppe… PÈRE… NO… EL !

BERNIE :

Serait-ce adressé à un membre du clergé ?

DEVIN :

sans doute…

BERNIE :

Père Noël… Père Noël… ?

On remarque 6 phrases se terminant par le son [mite] (mythe *2, ermite, limite, mite *2)

KYO :

ça me rappelle un truc… une sorte de mythe

BERNIE :

une légende… ?

KYO :

non, un mythe !

BERNIE :

ah pardon…

KYO :

un gros barbu rougeot…

BERNIE :

une sorte d’ermite ?

KYO :

ou ça, ou un poivrot…

BERNIE :

ah oui… oui… ça limite…

DEVIN :

Rhaaa… la lettre s’effrite à cause des mites…

BERNIE :

viles vermines…

À comparer avec non, un mythe !

KYO :

NON ! Viles mites !

BERNIE :

ah oui…

DEVIN :

Je crois savoir quoi faire…

BERNIE :

merveilleux !

DEVIN :

je vais faire lire la lettre par la marmite à mère…

BERNIE :

Merveill… euh… par la marmite amère ?

KYO :

Non ! La MARMITE !

BERNIE :

Euh oui… ça j’ai compris mais…

DEVIN :

la marmite à mère est celle de ma maman !

BERNIE :

Aaaaah ?!

KYO :

d’accord, d’accord…

L’est pas devin pour rien ! Il ne sait même pas où est sa marmite…

DEVIN :

alors… bon… où est-elle ?

BERNIE :

votre mère ?

À comparer avec Non ! La MARMITE !

KYO :

NON ! La marmite…

BERNIE :

ah ?!

DEVIN :

Eh oui… Voyons ici… C’est pas ci… c’est pas ça…

KYO :

Quel foutu bric à brac…

DEVIN :

ça c’est… un broc…

BERNIE : [le jette… BLING]

mais il est branque… !

KYO :

Non mais … ça va pas la tête ?

DEVIN :

Ah la voilà…

BERNIE :

ah bon, c’est ça ?!

KYO :

qu’est-ce qu’elle est vieille…

Il est vieux, mais il est bien.

BERNIE :

mais… elle est bien ?…

Les ingrédients sont ceux de la bûche de noël, super combo avec le fait que la lettre est celle pour le père noël. Nāhuatlahtōlli veut dire chocolat en aztèque et saccharomyces est le nom scientifique de la levure.

DEVIN :

Oh oui oui… mettons là sur le feu… je dois y mettre du beurre, de l’eau, du sel, des oeufs, de la farine, du saccharose… quelques saccharomyces… et du nāhuatlahtōlli…

Normal, c’en est la recette !

BERNIE :

tout ça m’en bûche un coin…

KYO :

ça sent bon en tout cas !

DEVIN :

alors… voilà… et maintenant… je jette la lettre dans le jus…

KYO :

et paf !

Référence à la publicité Ça fait des chocapics !

BERNIE :

ça fait des mots actifs ?!

DEVIN :

oui… si ça fonctionne… nous devrions entendre l’auteur de cet écrit… Mais d’abord… les mots magiques…

Fait référence aux mots magiques demandés par les parents à leurs enfants afin de leur enseigner la politesse.

KYO :

euh… merci… ? S’il vous plaît ?

Rire du père noël.

DEVIN :

ah non non… les mots magiques sont : OHOHOH !

BERNIE :

ah oui oui… un triple OH piqué…

KYO :

une onomatopée… ?!

DEVIN :

ça fonctionne, ça fonctionne…

BERNIE :

Oooooooh !

esseptionnellement, et encore cette année sont totalement contradictoires. Salagir en profite pour noter que la petite est sacrément fourbe puisqu’elle demande un chat en cadeau pour lui servir d’excuse rétroactive sur la bouteille cassée.

PITITE PETULIA :

Sser pitit popa Noyel, esseptionnellement, et encore cette année, j’ai été TRES beaucoup TRES TRES SAAAAAAAAGE… Vi vi… TREEEEES ! Et même que c’est vré… qu’il faut pas écouter popa moman à ce sujet.. Et pis d’abord, si la groOOOOOch’e bouteille de sirop de menthe toute verte toute grasse toute beuuuaaaah… est tombée sur le canapé tout beau tout neuf tout blanc de moman, euh bé c’est pô ma faute à moi… c’est la fau-te-du-chaaaat ! Et c’est d’ailleurs pour ça que je t’écris tout ça : moi, ze voudrais un chat. Tout piti, tout mignon, autrement dit, un saton, avec des ptites papattes et un ptit ventre rond ! Merci popa Noyel !

POCHECRIPTOME :

AU BOULOT !

BERNIE :

Quelle… quelle… quelle merveille… Un message messianique… si limpide, si épique…

KYO :

Ah oui… la prophétie… on l’a voit bien d’ici !

BERNIE :

n’est-ce pas ?!

KYO :

MAIS C’EST N’IMPORTE QUOI !

BERNIE :

Mais non ! M’enfin…

DEVIN :

Peut-être est-ce codé ?

BERNIE :

c’est une demande de voeu qu’on ne peut délaisser !

KYO :

un voeu ?!

DEVIN :

Par la marmite à mère, nous pourrions l’exaucer…

BERNIE :

Fabuleux !

KYO :

non mais on croit rêver…

BERNIE :

Que faut-il faire mon cher ?!

DEVIN :

Jeter un petit chat dans la marmite à mère…

BERNIE :

et paf !

Seconde référence à la publicité Ça fait des chocapics !. On peut aussi y voir une rérférence à Desproges et son Chat bouillu, chat foutu.

KYO :

ça fait un chat bouilli…

BERNIE :

Euh… ah oui ?

KYO :

HORS DE QUESTION !

DEVIN :

il est vrai qu’il vaut mieux jeter du poil de chat…

BERNIE :

Ah bon ?! ça suffira ?

DEVIN :

oui ça ira !

KYO :

vous avez ça ?

DEVIN :

oui j’en ai là…

BERNIE :

Oh mais quelle belle collection de bocaux que voilà…

DEVIN :

oh oui oui…

Référence à la chanson populaire éponyme.

KYO :

poil de souris verte…

BERNIE :

du poil de noisette…

Référence à l’œuvre éponyme de Jules Renard

KYO :

là, du poil de carotte…

DEVIN :

euh…

BERNIE :

du poil de minotaure ?!

DEVIN :

euh… oui… .

KYO :

Du poil de poil ?!

DEVIN :

Attention…

BERNIE :

du poil de clown ?

DEVIN :

euh ?

Du poil de Cu… négonde !

KYO :

Du poil de Cunégonde ?!

DEVIN :

Ah… oui… non, là c’est privé !

Bernie accusait déjà l’apprenti d’avoir fauté avec sœur Gudule, qui semble avoir une sacrée réputation à Maender Alkoor !

BERNIE :

DU POIL DE SŒUR GUDULE ?

En résumé, le devin a du poil de Gudule et de Cunégonde, ce qui éclaire autrement la phrase « il est vieux, mais il est bien ».

DEVIN :

HEIN ?… Je… ah… . LÀ, le poil de chat…

KYO :

attention ! MAIS !

BERNIE : [SBLING, *toussent*]

il y a du poil partout !

KYO :

ATCHAAAAA…

DEVIN :

c’est une catastrophe… ne laissez pas ces poils tomber dans la marmite… et…

BERNIE :

TROP TARD !

KYO :

GASP !

Chapitre 3 – En conclusion

NARRATEUR :

À Noël, de nos jours, dans notre dimension… alors qu’une boîte jaunâtre, estampée du vieux sceau de la famille… LAPOSTE… avait livré ailleurs son ultime secret… quelque part, ici même, dans une famille en fête…

Le papa et la maman ont la voie de Roger ou Moumoune.

ROGER :

alors ma petite chérie, tu es contente ?

PÉTULIA :

Oui popa…

MOUMOUNE :

tu voulais bien un chat ?

PÉTULIA :

oui mais pas une peluche…

ROGER :

tu sais bien que maman est allergique au chat…

PÉTULIA :

oui mais moi j’ai écrit au vieux popa Noyël que ze voulais un CHAT…

ROGER :

mais oui mais…

MOUMOUNE :

qu’est-ce-que c’est que ça ?!

ROGER :

une lumière violette… près du sapin ?!

MOUMOUNE :

mais…

PÉTULIA :

OOOOOOOH ! UN CHAT !

CHAT : [*BOUM*]

MIIIIIIIIIIIAAAAAAAAOUUUUUUUUUUUUUUUUUU !

PÉTULIA :

et même un GROS CHAT ! YOUPIIIIIIIIII !

ROGER :

AAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !

MOUMOUNE :

AAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !

GUDULE : [voix grave]

MIAOU ?

Le poil couleur carotte pour le poil de carotte, les moustaches vertes pour le poil de souris verte, les yeux noisette pour le poil de noisette, le nez bien rouge pour le poil de clown, le nom de Gudule venant donc, du poil de sœur gudule , les cornes noires du poil de minotaure

NARRATEUR :

Et c’est ainsi hélas qu’une petite fille eut droit, à un gros chat tout gras de deux mètres trente trois, le poil soyeux couleur carotte, les moustaches vertes, les yeux noisette, le nez bien rouge, deux cornes noires, le tout affublé du doux nom merveilleux de… GUDULE ! JOYEUX NOËL PETITE !

À suivre dans la boite perdue, tome 2.

PÉTULIA :

Merci PAPA NOYEL !

Proposez vos changements sur Github !