Cette œuvre est un travail collaboratif basé sur l'ouvrage de JBX. Les internautes ayant participé sont listés sur la page d'accueil du projet Reflets d'Acide.
Une subtilité n'est pas référencée ? N'hésitez pas à la signaler !

Affichage des références :

06. La Colline des Mille Gangrènes

Chapitre 1 – Réveil alexandrin

NARRATEUR : [chantonnant]

le petit matin est arrivé (mmmm… ),
les oiseaux commencent à chanter (mmmmmm… ),
il est l’heure de vous réveiller… (mmmmmmm… ),
levez vous, espèce d’empotés… (hmmm… kèskidi ?)…
DEBOUT BANDE D’EMPOTES !

TOUS : [en râlant]

quoi ! Oh la vache… c’est intolérable …

ZARAKAÏ :

non mais… il est quelle heure ?

ZEHIRMANN :

il doit être 6 heures…

ENORIEL :

je sors de ma torpeur…

WRANDRALL :

ce réveil m’a fait peur !

Remarquer que toutes les phrases sont des alexandrins… 12 syllabes !

TRICHELIEU :

la voix du narrateur, de bon matin, m’écoeure…

NARRATEUR :

quoi ?!

TRICHELIEU :

Ta voix de persifleur m’inflige un haut le coeur… !

Citation du Cid de Corneille : Ô rage, ô désespoir !

ZARAKAÏ : [bruit de tonnerre]

Té ?! Mais c’était l’orage ?

Suite de la citation…

TRICHELIEU :

ô désespoir !

Impossible de trouver une référence pour cette citation, peut-être inventée par JBX, mais toujours en alexandrin.

ENORIEL :

Est-ce le sombre présage d’un funeste ravage ?…

WRANDRALL :

mmmm ?… Le ciel devient noirceur… ça me laisse songeur…

Le Cid, oxymore en alexandrin, encore et toujours…
« Cette obscure clarté qui tombe des étoiles
Enfin avec le flux nous fait voir trente voiles ;
L’onde s’enfle dessous, et d’un commun effort
Les Maures et la mer montent jusques au port. »
(noter la seconde oxymore sur le dernier ver)

ZEHIRMANN :

ces obscures clartés qui tombent des étoiles…

Vieux rêve de roliste : un PJ qui énerve le narrateur peut finir écrasé sous une nécropole, une cathédrale… punition expéditive mais efficace (100 D100 de dégâts de Force 15… )

ENORIEL :

sont-ce des nécropoles qui là haut, se dévoilent ?

TRICHELIEU :

quoi ?!

Jolie assonance en [s], extraite d’Andromaque de Racine (dernière scène)

ZEHIRMANN :

pour qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes ?

Encore un alexandrin « Made in JBX ». Pour qui sonne le glas est aussi le titre d’un roman d’Ernest Hemingway publié en 1940.

ENORIEL :

pour qui sonne le glas, pour qui la mort s’apprête ?

WRANDRALL :

Le clerc peut être fier, c’est un paratonnerre !

Suite de la tirade du Cid : « ô rage ô désespoir… n’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? »

TRICHELIEU :

Moi ? ! Mais qu’ai-je donc commis comme infamie mon frère ?

ZEHIRMANN :

Demande au narrateur… je crois que sa fureur va punir ton aigreur…

TRICHELIEU :

… euh… gzzz… mon cher ami conteur, ne garde pas rancoeur de ma mauvaise humeur…

NARRATEUR :

il est déjà trop tard, tu vas périr tocard !

Trichelieu place le mot pied dans une tirade tout en alexandrins ! (un alexandrin vaut douze pieds)

TRICHELIEU :

Oh ! Maître vénéré, excuse mon pêché qui fut de me lever de mon plus mauvais pied !

NARRATEUR :

Qu’importe tes regrets, ton destin est scellé !

TRICHELIEU :

J’implore ta pitiééé !

NARRATEUR :

tu n’auras pour obole qu’une chute de nécropoles !

TRICHELIEU :

Quoi ?! Oh non, quel manque de bol ! NOOOOOOOONNNN !

ZEHIRMANN :

OHHH ! Réveille toi Trichelieu !

TRICHELIEU :

Hein oh ?! quel horrible… .AHHH MON DIEU ! UN DEMON !…

ZEHIRMANN :

non c’est moi…

Le noir te va si bien (Risky Marriage) est une comédie policière anglo-saxonne de Saul O’Hara, écrite en 1959.

TRICHELIEU :

ah pardon… le rouge te va si bien Zehir…

ZEHIRMANN :

ouais merci…

TRICHELIEU :

J’ai fait un horrible cauchemar… !

ENORIEL :

ne m’dit pas que tu as rêvé du nain ?

ZARAKAÏ :

groumph

Appliqué au théâtre, le terme sur-joué signifie que les acteurs de la pièce jouent mal leurs rôles, agrandissants les émotions soi-disants ressentis par les personnages et rendant la scène presque caricaturale.

TRICHELIEU :

pire… ! Une tragédie sur-jouée toute en alexandrins…

WRANDRALL :

rêver en vers ?… ça craint !

ENORIEL :

pour un pervers… c’est bien !

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

moi qui d’habitude, ne rêve que de beaux seins…

TOUS :

quoi ?!

Reporter quelque chose à la Saint Glinglin c’est le reporter d’une durée indéfinie ; le Saint Frusquin désigne le patrimoine (les biens) d’une personne.

TRICHELIEU :

… Beaux et BONS les saints… bon sang… enfin… comme Saint firmin… Saint Glinglin… Saint frusquin…

ENORIEL :

hem hem…

ZEHIRMANN :

ouais… et ton esprit, il est sain ?

Chapitre 2 – Vocalises buccales

NARRATEUR :

après avoir passé une nuit agitée, l’équipe s’apprêtait à gravir des sommets ! Honneur richesse et gloire étaient leur destinée !

WRANDRALL :

… Ah ouais… !

NARRATEUR :

non… en fait… là, je ne fais que broder !

WRANDRALL :

ohh…

ZARAKAÏ :

… ah bon ?

“Peer Gynt” est une pièce de théâtre relatant l’histoire d’un anti-héros parti défier le monde qui rate tout ce qu’il entreprend.

NARRATEUR : [musique peer gynt]

La colline des mille gangrènes se dressait donc avec verdeur devant nos zéros pleins de vigueur…

WRANDRALL :

hmmm… on y va ?

TOUS :

oui !

TRICHELIEU :

au préalable…

ZEHIRMANN :

Quoi ?!

TRICHELIEU :

puis-je me permettre de bénir notre journée par une petite prière chantée ?

TOUS :

euh… bof… non

TRICHELIEU :

J’y vais !

TOUS :

oh non…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

Hem… je dois d’abord m’échauffer l’organe… par quelques vocalises…

ENORIEL :

logique…

WRANDRALL :

ouais

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

Hem hem… .Sol… sol… sol… Sol do mi… sol do mi SOLDOMI sol do mi… .

Donner le la, c’est montrer l’exemple en donnant la note de référence.

ZEHIRMANN : [sort son épée]

Grrrr… tu veux que je te donne le “LA” ?!

ZARAKAÏ :

houlà…

TRICHELIEU :

mais non pourquoi ?

SOL-DO-MI-LA !

ZEHIRMANN :

C’est quoi ce “sol do mi” là ?!

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

ben… c’est une simple mise en bouche… pour vérifier mon diapason…

ZEHIRMANN :

Mmmm… c’est ça, c’est ça… tu te fous de moi ?

TRICHELIEU :

mais non pourquoi ?

ZEHIRMANN :

“SOL DO MI” ça ne te choque pas ?!

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

bon… d’accord… je le confesse… idéalement, un “so do mi “ doit s’accompagner à la viole…

TOUS :

quoi ?

turlutte, rut… le clerc semble bien en verve !

TRICHELIEU :

eh oui… mais je ne sais jouer que turluth… du rut… DU LUTH… voulais-je dire…

ZEHIRMANN :

peu importe l’instrument… ce préambule à la prière est navrant…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

J’obéis aux règles érigés dans mes annales (mmmm… ), celles de mon cul-te (ha bon ?), page 69 (eh oui) , même année (m’étonne pas… )… je cite (ouais… ): “le sol do mi est un préliminaire à toute imploration”

ENORIEL :

ah bon ?

Rien de particulier ici… sauf si l’on rajoute un H à « ton » qui prend alors tout son sens (ça marche aussi pour « fion »), puisque Trichelieu poursuit un peu plus loin en parlant de sang, puis de règles cycliques… mais alors ce « sans » ne viendrait-t-il pas des règles féminines au lieu d’évoquer le culte de Travia ? Voilà qui laisse à réfléchir ! Sans parler du « c’est un passage forcé »… forcément c’est plus étroit qu’ailleurs !

TRICHELIEU :

“c’est un passage forcé pour se mettre dans le ton”

WRANDRALL :

eh ben…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

c’est un essai buccal… euh… vocal pour tester son diapason

ZARAKAÏ :

boup…

ZEHIRMANN :

Mais c’est du n’importe quoi ! Dans ces cas là, on demande le LA !?

ENORIEL :

c’est clair… c’est clair… la musique a ses règles mon cher clerc…

Les règles sont cycliques, mais pas seulement en matière de culte…

TRICHELIEU :

pas de remarques sanglantes euh… cinglantes à ce sujet… Les règles sont cycliques en matière de cul-te… !

ZEHIRMANN :

Certes… je le conçois… mais ton rituel vocal est vraiment bancal…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

mais que tu peux être étroit… d’esprit… parfois… respecte un peu mon credo…

ZEHIRMANN :

bon… ok… désolé… je pensais que ce… ce sol do mi était déplacé… je dois voir le mal partout…

En effet, quelle que soit sa position, en matière de SOLDOMI, le mâle n’est jamais vraiment où il est censé être.

TRICHELIEU :

oh… le mâle est toujours mal placé dans ces cas là tu sais…

ZEHIRMANN :

… hmmm ?

TRICHELIEU :

hem… non rien… j’y vais… hein ?

ZARAKAÏ :

ouais accouche…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

effet cathédrale je vous prie… merci ! (écho d’une cathédrale)
AVE TRAVIA ! Bénis nous, bénis nous, au plus vite !
AVE TRAVIA ! Ton beau culte, ton beau culte nous habite !
AVE TRAVIA ! Savourons, savourons ton prestige !
AVE TRAVIA ! Que ton sext, que ton sextant nous guide…

TRICHELIADE !

ZEHIRMANN :

c’est trou ?!

Trichelieu semble avoir jeté une sorte de sortilège qui rend tous les membres fervents adeptes de la travia-attitude.

TRICHELIEU :

oui ! Vous sentez une différence ?

TRICHELIADE !

ENORIEL :

euh… non… c’est sucé faire quoi ?

TRICHELIADE !

TRICHELIEU : [limite de pouffer]

c’est pour nous gorger de vigueur à la tâche…

TRICHELIADE !

ZEHIRMANN :

je me debande ce que cache ton air enjoui…

TRICHELIADE !

ZARAKAÏ :

boup… ça sent l’attrape nibard ça…

TRICHELIEU : [pouffant]

non non… croyez pas ça… c’est très sérieux…

TRICHELIADE !

WRANDRALL :

Si tu le dis ! Bon… messieurs… en rut… ?!

TOUS :

oui !

Chapitre 3 – Dans le brouillard

Le narrateur semble lui aussi affecté par le « sort » de Trichelieu…

NARRATEUR :

10 minutes après le début de la randonnée pédestre…

ZARAKAÏ :

Eh, Vandalle ?

Wrandrall semble en avoir assez des déformations de son nom et avoir décidé de riposter, ce que Zarakaï ne remarque apparemment pas…

WRANDRALL :

hum… oui, sale racaille…

ZARAKAÏ :

ils appellent ça une colline sur ta carte… ?

WRANDRALL :

ben oui…

ZARAKAÏ :

parce que chez moi, on appelle ça une montagne…

Le clerc parle du nez, en conséquent butte peut être compris autrement… D’autant plus que le ton est donné avec le « suppute » et le « grimpe » !

TRICHELIEU :

boh… je suppute que nous grimpons bien une petite butte, n’est-ce pas ?

ENORIEL :

… mais oui… mais à l’échelle d’un nain, tout paraît grand…

ZARAKAÏ :

… t’as raison… grand con… tu vois… ça marche !

ENORIEL :

Ah ouais ?

ZARAKAÏ :

Eh ouais !

Zehirmann dit ne pas être adulte (cf ép.1), mais il fait penser à un père : il arrête quasiment toutes les disputes nano-elfiques, détecte le plus rapidement les tricheuliades et est le plus doué de bon sens du groupe (cf ép.11, avec les points cardinaux).

ZEHIRMANN :

Hop hop ! Suffit vous deux !

ENORIEL :

Grassouillet !

ZARAKAÏ :

Grand dadet

ENORIEL :

… gras double !

Zarakaï nous montre une nouvelle fois l’étendue de sa culture, abandonnant la joute oratoire après deux échanges. Cela se reproduira dans le futur de la saga…

ZARAKAÏ :

… tafiole…

ENORIEL :

… gras du bide !

ZARAKAÏ :

tafiole…

ENORIEL :

… graveleux !

ZARAKAÏ :

TAFIOLE !

ZEHIRMANN :

ASSEZ !

ZARAKAÏ :

eh ben…

ENORIEL :

hem…

WRANDRALL :

Regardez cette étrange brume qui commence à nous envelopper…

ENORIEL :

en effet…

ZEHIRMANN :

brrrr… elle est blanche comme l’écume… et elle est glacée qui plus est…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

notre visibilité commence à baiser…

ENORIEL :

rhaaa… ça devient un brouillard à couper au couteau…

ZARAKAÏ :

… oh ça s’épaissit comme de la béchamel ; une vraie purée de pois quoi !… (gargouillis)… oh merde !

ZEHIRMANN :

quoi !

ZARAKAÏ :

j’ai faim…

ENORIEL :

déjà ?

Prolepse de l’anneau de mithril qu’il va trouver ensuite, il finit plus ou moins sa phrase dans l’épisode suivant, où il explique pourquoi il a choisi Roger.

ZARAKAÏ :

dès que je parle de bouffe, j’ai faim… et quand j’ai faim, j’ai soif et…

WRANDRALL :

on va finir par se perdre dans ce brouillard…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

il serait judicieux de nous prendre les uns les autres… par la main…

ZARAKAÏ :

boup…

WRANDRALL :

ah ? pas faux…

ZEHIRMANN :

ouais certes…

ENORIEL :

hem… Trichelieu… ?

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

oui ?

ENORIEL :

tu ne me tiens pas par la main là…

TRICHELIEU :

ah pardon…

ZARAKAÏ :

sniff sniff…

WRANDRALL :

on y voit plus rien !

ZARAKAÏ : [réussite critique en jet d'olfaction !]

STOP !

ENORIEL :

quoi ?!

WRANDRALL :

aïe !

TRICHELIEU :

ouch…

ZARAKAÏ :

ça sent la goule !

TOUS :

quoi ?!

À première vue, on peut penser qu’il entend « Ça sent la houle »… après réflexion, prenant en compte l’auteur de ces paroles, il semble plus probable que Trichelieu ait compris « Ça sent la moule », sens sur lequel nous ne nous éterniserons pas afin de ne pas choquer nos plus jeunes lecteurs.

TRICHELIEU :

Ah bon ?! Ca veut dire que… c’est marée basse ?

ENORIEL :

pffff…

ZEHIRMANN :

hum… Trichelieu ?!

TRICHELIEU :

oui ?

ZEHIRMANN :

Merci d’avoir parlé ! SBAFF !

TRICHELIEU :

Aïe… mais… pourquoi t’as…

ZEHIRMANN :

comme ça j’ai pu te localiser !

WRANDRALL :

Zarakaï… tu es sûr que… ?

Vampas est peut être un raccourci affectueux pour les vampires, mais il s’agit aussi d’un groupe de rock français.

ZARAKAÏ :

oui… où alors ce sont des vampas !

TRICHELIEU :

qu… quoi ?! Tu es sérieux ?!

ZARAKAÏ :

et ils sont nombreux !

ZEHIRMANN :

mais c’est fâcheux !

ENORIEL :

mais c’est scabreux !

WRANDRALL :

mais c’est odieux !

Escalade dans les termes employés.

TRICHELIEU :

MAIS C’EST AFFREUX ! AAAAAAHHH

ZEHIRMANN :

arrête… arrête… arrête de gueuler !

J’ai pas niqué… hélas !

TRICHELIEU :

Désolé, j’ai paniqué… hélas…

ENORIEL :

Bon ! Quelqu’un sait-il se battre en aveugle ? !

ZARAKAÏ :

euh… moi j’ai 5 %…

En JDR, on fait en sorte d’agir « comme dans la vie réelle ». Donc on ne donne pas des chiffres bruts !

ZEHIRMANN :

chut, c’est pas roleplay de dire ça !…

ZARAKAÏ :

euh… ah ben… té… moi j’en sais rien ! … voyons… je tape là…

WRANDRALL : [BOING !]

AÏE ! Mais t’es con ou quoi ?

ZARAKAÏ :

euh… c’est officiel… non, je ne sais pas me battre en aveugle…

ENORIEL :

affligeant… il nous faut commencer à courir à présent !

ZARAKAÏ :

courir ?…

ENORIEL :

ben oui…

Référence au barbare du Donjon de Naheulbeuk, qui refuse de fuir (et ne connaît même pas la notion d’ailleurs !)

ZARAKAÏ :

ça finit comme le verbe… fuir !

ENORIEL :

on a pas le choix !

WRANDRALL :

Allez viiite! On y va !!

Deuxième « Au préalable » de l’épisode…

TRICHELIEU :

au préalable…

TOUS :

OH NON !

TRICHELIEU :

je crois que je peux faire disparaître ce brouillard !

TRICHELIEU : [… silence]

Hou hou ? Y a quelqu’un ?

WRANDRALL :

euh… t’es sérieux là ?

TRICHELIEU :

Mais.. oui… bien sûr enfin… ! Sans doute…

ZEHIRMANN :

J’en doute…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

d’abord… alors je dois fouiller mon petit fourre-tout à tâtons… ah je la tiens… la voilà !

ZARAKAÏ :

j’y vois rien qu’est qu’il tient ?!

TRICHELIEU :

tu vas voir… pfffftssstttttssprrrrrrttttt

ENORIEL :

mais qu’est-ce-que…

ZARAKAÏ :

t’as mal digéré ou quoi ?

TRICHELIEU :

non non c’est bouché… rhaaa…

ZARAKAÏ :

eh ben… c’est ce que je dit !

TRICHELIEU : [bruit corne de brume]

pfttt pftttt… .Splosh… ah voilà… ça devrait aller… « POUP ! POUP »

ZARAKAÏ : [rigole !]

Té ?…

ZEHIRMANN :

hmmm ?

WRANDRALL :

mais mais… que fait-il ?

ENORIEL :

à part souffler comme un crétin dans une corne de brume… j’en sais rien…

ZARAKAÏ : [rigole plus]

Eh ! … ça va faire peur aux goules ça, non ?…

ZEHIRMANN :

non… définitivement… NON ! Trichelieu qu’est-ce-que tu fous ?

TRICHELIEU :

POUP POUP…

ENORIEL :

arrête !!!

TRICHELIEU : [on lui enlève]

… prrrrttttt ! Quoi ?!

ZEHIRMANN :

tu fais quoi là ?

TRICHELIEU :

je souffle dans ma corne de brume

WRANDRALL :

et alors ?

TRICHELIEU :

c’est un marin bourré qui me l’a donnée…

ENORIEL :

et alors ?

TRICHELIEU :

il m’a dit qu’il était cocu…

ZARAKAÏ :

et alors ?

On dit d’une personne cocue qu’elle porte les cornes. D’après expressio.fr :
À l’origine, il y a ‘cornart’ qui, au XIIIe siècle, veut dire ‘imbécile’ puis ‘escorner’ qui, au XVe siècle, veut dire ‘ridiculiser’.

À cette époque et pendant encore longtemps, une manière très courue d’humilier, de ridiculiser quelqu’un était de le faire cocu et de le faire savoir (Edmond Rostand utilise le verbe “ridicoculiser”).


La corne (qu’on entend dans ‘cornart’ et ‘escorner’), c’était à la fois le sexe de l’homme et l’attribut qui désignait un homme ou une femme trompé.
Planter des cornes a une connotation sexuelle évidente.

TRICHELIEU :

il en avait marre de porter des cornes…

ZEHIRMANN :

ET ALORS ?

TRICHELIEU :

ben… alors il m’a donné celle là !!!

WRANDRALL : [POUP]

ah oui quand même…

ENORIEL :

soit, je suis un demeuré… soit ce type est cinglé…

ZARAKAÏ :

les deux !

Une corne de brume est un instrument de signalisation, émettant des signaux sonores par temps de brume pour signaler un obstacle ou danger (récif, banc, jetée..) ou pour permettre aux marins de signaler leur présence.

ZEHIRMANN :

sais-tu seulement à quoi sert une corne de brume ?

TRICHELIEU :

euh… eh ben oui… enfin… je crois…

WRANDRALL :

regardez… !!!

ZEHIRMANN :

qu’est-ce-que… mais… je rêve ?!

ENORIEL :

le brouillard disparaît !!!

ZARAKAÏ :

… boup ! Eh ben oau !

ZEHIRMANN :

montre moi ta corne… toi

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

hein ? Ah oui… euh… celle là…

Zarakaï a déjà utilisé cette structure « Pour une fois » à plusieurs reprises, mais toujours péjorativement. C’est donc une première !

ZARAKAÏ :

pour une fois qu’un clerc pouvait être utile… eh bé il l’a été !

ZEHIRMANN :

… Savais-tu que ta corne de brume était magique ?!

TRICHELIEU :

ah bah… bon ?!!! Magique ?

WRANDRALL :

j’en reviens pas…

ENORIEL :

lui non plus…

Chapitre 4 – Tombes, Cryptes, Mausolées...et goules !

NARRATEUR :

ET MOI NON PLUS !… Le brouillard ayant mystérieusement… et honteusement disparu, le groupe put apercevoir qu’il se trouvait…

TRICHELIEU :

… au beau milieu d’un cimetière !!!

NARRATEUR : [s'emporte]

mais tu vas arrêter de me couper tous mes effets ?!

Encore des rimes, comme dans le rêve !

TRICHELIEU :

ah pardon… mais comme j’ai rêvé de nécropoles… voir toutes ces tombes m’affole !

ZARAKAÏ :

regardez toutes ces goules frivoles !

TOUS :

AAAAHHHHH !!!

TRICHELIEU :

Mais qu’est-ce donc que ces bestioles ?

Qui mangent les morts.

ENORIEL :

ce sont des nécrophages !

TRICHELIEU : [soupir]

ah bon… quel soulagement…

ENORIEL :

ah ouais… tu trouves ?

TRICHELIEU :

ben oui… des nécrophages… comme on est vivant, ça nous concerne pas… !

Qui mange la chair humaine.
Ne pas confondre avec le cannibalisme qui a un coté rituel ou désespéré (famine… ). Pour l’anecdote,en France , la législation ne prévoit pas de sanction pour les actes d’anthropophagie. Les magistrats français peuvent néanmoins s’appuyer sur l’article 222 du Code pénal qui punit les tortures et actes de barbarie…

WRANDRALL :

ouai… elles sont aussi anthropophages…

TRICHELIEU :

tu veux dire que…

Phrase reprise de Ghostbuster, dans la scène de l’ascenseur, à propos des cafards.

ENORIEL :

elles te boufferaient la gueule en moins de deux !

TRICHELIEU :

AAAAHHHH !!!

ZEHIRMANN :

A l’attaque !

Reprise par Zarakaï du cri de guerre « TATA YOYO » déjà entonné lors de l’épisode 2, en référence à la chanson d’Annie Cordy.

ZARAKAÏ :

Allez ! TATA YOYO ! bahum (splotch)… bande de charognasses ! Je vais vous faire bouffer vos propres tripes !

Interjection typiquement naine sans doute puisqu’elle fait référence à la chanson Krak le Nain ! (On me signale dans l’oreillette qu’il s’agit d’une interjection présente dans la plupart des patois d’origine occitane. Mais n’allons pas en tirer des conclusions prématurées !)

ZARAKAÏ : [divers dialogues]

AHU ! Ca va viander !!!

ZEHIRMANN : [divers dialogues]

Prenez ça !!!

ENORIEL :

Bon… j’ai bien envie de visiter ce cimetière inexploré…

WRANDRALL :

mais oui… mais oui ! Quelle bonne idée…

TRICHELIEU :

… ne faudrait-il pas aller les aider ?

ENORIEL :

Laissons-les s’amuser, ils n’ont pas déjeuné !

TRICHELIEU :

on ne va pas les accompagner ?!

ENORIEL :

ils n’ont que 20 goules à tuer…

On se souvient qu’au premier épisode, Wrandrall n’avait pas le reflexe d’enterrer les morts, vestige de ses origines. C’est un premier pas vers son basculement du côté bon, que l’on verra dans la suite et au fur et à mesure des épisodes. On peut également déceler un certaine ironie à l’enterrement de nécrophages…

WRANDRALL :

le temps d’arriver… elles seront enterrées…

TRICHELIEU :

ah bah bon…

WRANDRALL :

Regardez-moi ces drôles de tombes !

ENORIEL :

c’est drôle de qualifier de « drôles » des tombes…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

ce n’est qu’un cimetière oecuménique… !

Piqué des vers… jeu de mots ma foi de mauvais goût… Mais on s’en fiche, l’important c’est qu’il soit drôle !

WRANDRALL :

lis donc cet épitaphe, c’est pas piqué des vers…

Sourdingue sera enrôlé par l’armée des ténèbres dans l’épisode 12…

ENORIEL :

éhéh : ci-gît mon ami Sourdingue le nain ; moi qui fuyais au loin, lui qui chargea soudain, moi qui hurla « un dragon nain ! », lui qui comprit « un ragondin » !

TOUS :

mouahaha…

Le nom de Gilles Huminé s’entend (g)Illuminé dans la version audio, pouvant faire référence à son côté pieux, illuminé par la connaissance divine. D’ailleurs, en changeant l’ordre des lettres d’Huminé, on tombe sur inhumé … ce qui est le cas de Gilles !

TRICHELIEU :

Ci-gît Gilles Huminé le pieux ! Qu’il était bien nommé, mon Dieu ! Lui qui s’empala sur un pieu.

TOUS :

mouahaha…

Idem… on peut aussi noter que les trois aventuriers commentent chacun la tombe d’un préposé « contraire » : l’‘elfe tombe sur un nain, le « clerc » sur un pieux, et le semi-démon sur un chasseur de démon.

WRANDRALL :

AHAH ! Ci-gît Griesniewsky, chasseur de démon étripé sans raison par un démon ! Mouahaha… eh éh… c’est… hein ? c’est…

TRICHELIEU :

c’est nul ça…

Wrandrall est un semi-démon, et a donc sûrement été élevé dans cet état d’esprit…

ENORIEL :

qu’un démon tue un humain ça te fait rigoler toi ?

TRICHELIEU :

mais y a rien de marrant là ?!

WRANDRALL :

ben… ah euh… bon

ZARAKAÏ :

eh ben ? Vous vous amusez bien ?

Casse goules//Casse c*****es, ou casse gueule !

TRICHELIEU :

Tiens ! Nos amis casse-goules ont déjà terminé !

WRANDRALL :

ça s’est bien passé ?

ZEHIRMANN :

ouaiiiiiiis… mais vous auriez pu venir nous aider !

ENORIEL :

on voulait visiter…

Remarque péjorative du nain, qui va pourtant piller une tombe un peu plus tard.

ZARAKAÏ :

visiter ou « piller » ?!

WRANDRALL :

On n’a fait que regarder !

ENORIEL :

Les goules ont été décimées ?

ZEHIRMANN :

c’est sympa de vous en soucier…

ZARAKAÏ :

Ce combat m’a assoiffé…

Bière est un synonyme de cercueil.

WRANDRALL :

si tu veux une bière… sers toi… y en a plein le cimetière !

WRANDRALL :

Mouahahaha

TRICHELIEU :

ah oui c’est bien, c’est amusant ça !

Le houblon est une plante utilisée pour aromatiser la bière.

ZARAKAÏ :

ah bon… ? snif snif… ça sent pas le houblon… snif snif mais… MAIS… !

ZEHIRMANN : [réussite critique en jet d'olfaction !]

que sens-tu Zarakaï !

Le mithril, ou « maître-argent », est un métal fictif de l’univers de Tolkien décrit dans Le Seigneur des Anneaux. C’est un métal précieux extrait des mines de la Moria par les Nains. Le mithril était notamment utilisé en joaillerie (ainsi Nenya, l’anneau de Galadriel, était-il en mithril) ; mais étant d’une solidité à toute épreuve, il était aussi utilisé en armurerie : c’est en ce métal qu’était faite la cotte de mailles léguée par Bilbon Sacquet à son neveu Frodon, qui lui sauva la vie.
Mithril est également le nom d’une association de jeu de rôle grandeur nature qui organise des évènements de ce type en France. L’association est originaire de Lille.

On retrouve aussi le Mithril dans les Royaumes Oubliés. Il s’agit d’un métal précieux utilisé par les nains pour façonner de solides armures.

Cette soif de mithril par Zarakaï concorde avec les légendes des nains, avides de métaux.

Notons qu’avec une jambe en adamantium et un anneau en mithril, Zarakaï s’immiscerait dans le top 10 des fortunes mondiales !

ZARAKAÏ :

DU MITHRILL !

ENORIEL :

quoi ?

ZARAKAÏ :

CA SENT LE MITHRILL !

WRANDRALL :

Où ça ?

En jeu de rôle, un fumble désigne un échec critique. Voir l’épisode 1 pour l’origine du terme.

ZARAKAÏ : [fumble en jet de sagesse !]

DU MITHRILL !!!

WRANDRALL :

Houlà ! Il court super vite tout à coup ! Mais où va t-il ?

ZEHIRMANN :

il va déterrer ce qu’il a reniflé…

ENORIEL :

je savais que c’était une truffe ce nain !

TRICHELIEU :

Avec un nez aussi développé, je suis sûr qu’il va en trouver !

ENORIEL :

trouver quoi ?

HS monumental du clerc… qui est resté sur la truffe en tant que champignon.

TRICHELIEU :

eh ben… des truffes…

Le surnom de gland a été attribué à Trichelieu dès l’épisode 4.

ENORIEL :

ah oui… c’est vrai, j’oubliais… lui c’est une truffe, toi t’es un gland !

ZEHIRMANN :

Mais… mais c’est pas vrai ! Il est en train de piller un mausolée !

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

c’est celui qui dit qui y est !

ENORIEL :

quelle honte… !

WRANDRALL :

je suis dégouté…

Chanson traditionnelle naine! Cf. le dragon déchainé.

ZARAKAÏ :

Or or or or or or or Mithrill Mithrill !

Enoriel est jaloux, puisqu’il a fouillé la dépouille du doppelganger dans l’épisode 5 sans rien trouver.

ENORIEL :

Mais il a trouvé un objet ce bâtard !…

Référence aux alignements des personnages de jeux de rôles. Un personnage d’alignement loyal bon a le comportement que l’on attend des défenseurs de l’ordre et de la Loi. Déterminé à lutter contre le Mal, il montre également la discipline nécessaire pour ne jamais cesser le combat. Il dit toujours la vérité, reste fidèle à la parole donnée, aide ceux qui sont dans le besoin et s’élève contre l’injustice. Il déteste voir les coupables impunis. C’est l’alignement du paladin, défenseur de la veuve et de l’orphelin il combine honneur et compassion. C’est la première référence aux alignements des persos, même si la description d’Enoriel laisse sous entendre qu’il est chaotique neutre.

ZEHIRMANN :

Zarakaï ! Tu es loyal bon… Tu ne peux pas piller !

TRICHELIEU :

Remets ça tout de suite où tu l’as trouvé !

ZARAKAÏ :

nan ! c’est à moi ! C’est mon anneau de mithrill…

nain solent=>insolent. Noter aussi le pléonasme « petit nain ».

ENORIEL :

ne fait pas l’enfant ! Repose ça, petit nain solent !

ZARAKAÏ :

NAN ! c’est en Mithrill… c’est le mien à moi ! c’est mon anneau t’y touche pas !

Clin d’œil à un des stades infantiles de la psychologie [Pour mémoire, ces stades sont, le « stade oral » (vers 17 mois), le « stade anal » (jusqu’à 4 ans), le « stade phallique » (jusqu’à 7 ans), suivis d’une « période de latence » (jusqu’à 12 ans) précédant le « stade génital » (à partir de 12 ans)]. Tricheliade, évidemment.

TRICHELIEU :

il retourne au stade anal là…

ZEHIRMANN :

Zarakaï… c’est peut-être un objet damné… il faudrait sans doute l’examiner !

ZARAKAÏ :

boup !

WRANDRALL :

Donne la babague…

ZARAKAÏ :

boup… tu me touches… je te tape !

WRANDRALL :

quoi ?

ZARAKAÏ :

tu me touches, je te tape…

ENORIEL :

un bel anneau comme ça… entre les mains d’un nain…

WRANDRALL :

quel gâchis…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

il faudrait du doigté pour l’enfiler…

ENORIEL :

ah oui…

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

j’ai bien peur qu’il ne l’élargisse…

ZARAKAÏ :

c’est mon anneau : té ! Je le mets !

TOUS :

NOOON !

Chapitre 5 – Fumeroles et tavernier

NARRATEUR : [musique et apparition]

en mettant l’anneau à son petit doigt, Zarakaï vit jaillir de ce bijou bourgeois, un nuage évanescent et sournois…

:En fait, ce génie est le spectre du Général De Gaulle. Pour ce personnage, il a fait la voix de De Gaulle, d’où le… - attention c’est tordu - « Génie Râle de Goule ».

VOIX :

tu m’as libérrrré !

ZARAKAÏ :

quoi ?! c’est quoi cette fumerole ?…

Porteur de l’anneau fait référence au Seigneur des Anneaux.

VOIX :

porrrrrrteur de l’anneau, tu m’as libérrrrrrré

ZEHIRMANN :

aïe aïe aïe… Zarakaï qu’est ce que t’as libéré ?

WRANDRALL :

un fantôme qui va nous tuer !

ENORIEL :

un esprit qui va nous piller !

Définition de « trousser » selon le Wiktionnaire : expédier précipitamment, mener vite à bonne fin, lever les jupes d’une femme ou la posséder sexuellement. Donc TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

une âme qui va nous trousser !

VOIX :

je vais t’accorrrrrrder à toi, libérateur, un souhait !

ZARAKAÏ :

té ! allons bon…

ZEHIRMANN :

Un souhait ?!

ENORIEL :

Oh ! LE BATARD !

WRANDRALL :

mais c’est pas vrai !

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

moi je dis : cocu !

VOIX :

pense à une perrrrsonne que tu pourras invoquer à ton gré !

ZARAKAÏ :

ah bon vraiment ? C’est un drôle de truc ça encore ! Bon… euh… alors…

ZEHIRMANN :

fais le bon choix !

ZARAKAÏ :

ben ça y est !

Dans Indiana Jones et le dernière croisade, au moment ou Indi choisit le Graal en bois, le chevalier-gardien lui fait la même remarque.

VOIX :

tu as choisi judicieusement ! Je dois partir à prrrrrésent ! Adieu !

« On » a longtemps cru qu’Adichatz signifiait Adieu en langage nain. Mais en fait… cela signifie ta gueule en basque ! Cela dit, en patois landais, cela signifie… Au revoir ! (on y arrive :)). Et pour terminer ce tour de France culturel, en occitan, c’est aussi Au revoir.

ZARAKAÏ :

Eh ben merci… euh… truc… et Adichatz !

ZEHIRMANN : [bruit de disparition]

il est parti… et

ENORIEL : [bruit d'une apparition]

celui qui a été choisi par Zarakaï apparaît !

TRICHELIADE !

TRICHELIEU :

qui est l’heureux élu ? Une naine peut-être ?

WRANDRALL :

je pencherais pour sa mère…

ENORIEL :

plutôt son banquier… ouais…

ZEHIRMANN :

non on dirait que c’est… ! Mais c’est?

Roger a été présenté dans l’épisode 1. Son nom fait peut être référence à la B.D. Le chat, dont le tavernier porte ce nom.

ROGER : [… dziiiiiiiiiiiii… ]

eh bien me voilà…

TOUS :

LE TAVERNIER ?!

ROGER :

qu’est ce que je vous sers ?

ZARAKAÏ :

un tonnelet de bière tè !

ROGER :

très bien !

ENORIEL :

parmi toutes les personnes que tu connais… toi tu choisis le tavernier ?

ZARAKAÏ :

ben oui !

ROGER :

oui c’est moi… eh bien me voilà… mais… qu’est ce que je fous là ?!

ZEHIRMANN :

ah bravo : tu as créé le premier anneau invocateur de tavernier !

ROGER :

mais où qu’elle est ma taverne ?

ZARAKAÏ :

Je vous l’avais dit que j’avais soif ! Eh bé le voilà !

TRICHELIEU :

vous avez du vin de messe ?

Roger est à poil au propre comme au figuré : il n’a pas sa taverne ni ses tonneaux… mais il faudra attendre le début de l’épisode 7 pour que Trichelieu remarque la nudité du tavernier.
JBX a fait ce choix de scénario car il trouvait l’épisode 6 déjà long.

ROGER :

eh… euh… eh ben non, ben chui à poil là… j’ai rien, j’ai pas ma taverne, j’ai pas mes tonneaux, j’ai rien !

ZARAKAÏ :

ah oui… ah merde ah c’est vrai ah c’est con ça !

ROGER :

complètement con ! Est-ce-quelqu’un peut me dire ce que je fous là ?

WRANDRALL :

ça sera pour la prochaine fois !

C’est ce qu’on appelle finir en queue poisson…

NARRATEUR :

et voilà comment ils eurent un tavernier sur les bras !

Proposez vos changements sur Github !